La traduction en Mésopotamie : textes littéraires bilingues suméro-akkadiens du Ier millénaire avant J.-C.

par Darya Pevear

Thèse de doctorat en Sciences religieuses

Sous la direction de Maria Grazia Masetti-Rouault.


  • Résumé

    Le présent travail se propose d’analyser les textes littéraires bilingues suméro-akkadiens du Ier millénaire av. J.-C. du point de vue de la méthodologie de traduction employée par les lettrés mésopotamiens. Pour cela, il est fait appel à la traductologie, la science qui s’intéresse aux méthodes de traduction, et tout particulièrement aux récentes études dans le domaine de l’herméneutique et de la linguistique, afin de comprendre les processus intellectuels ayant permis le passage d’une langue à une autre. Il s’agit de montrer en quoi la traduction mésopotamienne est le premier témoin d’une réflexion sur la traduction, le langage et la transmission du savoir dans l’histoire, tout en mettant en avant ses spécificités, dues notamment au système d’écriture cunéiforme, au contexte multilingue de la région, et à la mentalité des savants de l’époque, qui considéraient que tous les phénomènes de la nature pouvaient et devaient être expliqués, et ce, au moyen de l’écriture. Le multilinguisme mésopotamien, une constante durant toute son histoire, présente des manifestations diverses, dont la plus originale est le bilinguisme suméro-akkadien, un bilinguisme exclusivement littéraire et religieux à partir du IIe millénaire av. J.-C., dans lequel la pratique de la traduction s’apparente plus à une forme de divination et de réflexion philosophique qu’à une traduction littérale ou précise. Cette traduction représente par ailleurs une forme particulière de transmission du savoir et une véritable réflexion sur la multiplicité des langues et leur rôle dans la transmission de textes ayant une grande valeur culturelle et idéologique.

  • Titre traduit

    Translation in Mesopotamia : Literary Sumero-Akkadian Bilingual Texts from the Ist millennium B.C.


  • Résumé

    The present research seeks to analyze Sumero-Akkadian literary bilingualism in 1st millennium B.C. texts from the point of view of the scribes’ translation methods. In order to do so, I have used recent research in Translation Studies, a field in which different translation methods are analyzed and explained. I have specifically focused on recent linguistic and hermeneutic research applied to translation, in order to understand the intellectual processes allowing the passage from one language to another. This approach has allowed me to show how Mesopotamian translation is truly the first witness to a reflection on translation, language in general, and the transmission of knowledge, while taking into account its specificities, such as the importance of the cuneiform writing system, the region’s multilingualism, and the mentalities of the late period scholars, who believed that any natural phenomenon could and had to be explained in writing. Multilingualism existed in Mesopotamia throughout its entire history, but Sumero-Akkadian bilingualism was a specific kind of bilingualism, used exclusively in literary and religious texts from the IInd millennium B.C. onwards. Sumero-Akkadian translation can therefore be compared to divination or philosophy, and did not seek to be precise or literal. It also represented a unique way of transmitting knowledge and a unique understanding of the multiplicity of languages and their importance in the transmission of ancient texts, which had both cultural and ideological value.

Accéder en ligne

bibliorespect


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.