Représenter l'espace dans les textes du haut Moyen Âge chinois : géographie politique, humaine et culturelle de la région du Jingzhou

par Alexis Lycas

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de François Martin et de Pierre Marsone.

Le président du jury était Jean-Noël Robert.

Le jury était composé de Pierre Marsone, Jean-Noël Robert, Garret P.S. Olberding, Vincent Durand-Dastès.

Les rapporteurs étaient Garret P.S. Olberding, Karine Chemla.


  • Résumé

    La thèse concerne l’histoire de la géographie en Chine ancienne et médiévale. En nous concentrant sur la région du cours moyen du fleuve Bleu (le Jingzhou, à cheval entre le Hunan et le Hubei), nous analysons les modalités de la représentation de l’espace telles qu’elles sont transmises par un ensemble de textes composés entre les dynasties des Han de l’Est (25-220) et des Tang (618-907). Elles relèvent dans un premier temps d’une géographie politique étudiée à travers les traités géographiques des Histoires dynastiques. Nous traitons ensuite de la géographie humaine. L’analyse se fonde sur l’étude des notices ethnographiques consacrées aux populations non chinoises de la région, les Man. Nous envisageons en dernier lieu une géographie culturelle au prisme des lieux de mémoire, tels qu’ils sont présentés dans le Shuijing zhu (Commentaire du Livre des rivières), de Li Daoyuan († 527). Ces trois approches combinées apportent des éléments d’analyse à la formation d’un savoir géographique, à l’émergence du régionalisme, et aux questions relatives à l’intégration des marches de l’écoumène chinois.

  • Titre traduit

    Representing space in early Medieval China : a political, human and culturel geography of Jingzhou


  • Résumé

    The thesis examines the emergence of geographical knowledge in Early and Early Medieval China, by focusing on the political, human and cultural aspects of the representation of space that is conveyed in texts written from the Han to the Tang dynasty. Focusing on Ancient “Central” China (Jingzhou, i.e. modern Hubei and Hunan), we analyze geographical treatises, ethnographical notes that describe non Chinese peoples (the Man) and an Early geographical monograph written in the 6th Century by Li Daoyuan (d. 527), the Shuijing zhu (Water Classic Commentary). This approach sheds light on the evolution of technical knowledge, the regionalisation of China in Early Medieval times, on the imperial integration of non Chinese peoples, and on the constitution of a geography of memory.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 14-12-2018


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service Commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.