Rituel ou spectacle ? : des représentations chamaniques coréennes (kut) dans des salles occidentales : autour de la chamane (mudang) Kim Kŭm-Hwa

par Hervé Péjaudier

Thèse de doctorat en Anthropologie sociale et ethnologie

Sous la direction de Alexandre Guillemoz.

Soutenue en 2015

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Ce travail étudie la réalisation des kut, rituels chamaniques coréens, sur les scènes occidentales aujourd’hui, à partir des performances de la mudang (chamane) Trésor national Kim Kŭm-hwa données à Paris en 2002 et 2005, du point de vue de la réception en s’appuyant sur deux fois vingt témoignages de spectateurs choisis pour leur diversité. La première section, intitulée « le point de vue des spectateurs », montre comment lors de la représentation de 2002 on a eu le sentiment qu’une triple barrière était levée, celle du lieu, de la langue et de la culture, permettant aux spectateurs de se sentir intégrés dans une communauté et pris dans un jeu auxquels ils s’abandonnaient ; ce qui ne les empêchait pas de réfléchir sur la dichotomie bien ressentie entre « rituel » et « spectacle », pour aboutir à l’idée que les deux aspects atteignaient leur but, le rituel distribuant la chance, et le spectacle la joie. L’analyse des résultats de 2005 permet d ’établir une matrice des modes de représentations associés par les spectateurs à la perception d’un kut, renforce l’idée d’une collectivité assemblée autour de la mudang, et fait ressortir l’étonnant lien personnel que beaucoup de témoins souhaitaient établir avec elle. La seconde partie s’élargit au « point de vue des producteurs » ayant fait venir des kut en France. La synthèse de leurs propos nous a permis de déterminer les 7 mauvaises raisons de le faire, qui reposent sur les notions de croyances et de véracité entraînant apories et ratages. Nous construisons en miroir le système des 7 bonnes raisons, qui repose sur les notions de jeu et d’efficience, pour retrouver la motivation du kut et le partage avec le public. Enfin, « le point de vue de la mudang » nous entraîne en Corée, où comprendre comment la présence chamanique infuse toute la société, comment la parole des mudang est perçue par les « clients » (même quand ils sont anthropologues) et ce qu’il en est d’un kut privé donné par Kim Kŭm-hwa en son sanctuaire, pour arriver à la notion de « forme émergente », adaptation du kut aux contraintes d’aujourd’hui, seul moyen sans doute d’assurer sa survie, dans une nouvelle répartition des composantes rituelles et spectaculaires.

  • Titre traduit

    Show or ritual? : Korean shamanic performances (kut) in western theaters : about the shaman (mudang) Kim Kŭm-Hwa


  • Résumé

    The main goal of this work is the study korean shamanistic rituals, called « kut », on western stages nowadays, based upon the performances of the mudang (shaman) and National Treasure Kim Kŭm-hwa, as she performed in Paris in 2002 and 2005. Around forty interviews of various people chosen for their diversity were used to study the audience and how they perceived it. Hence the first part of this work, called “the audience’s point of view”, which shows how during the performance of 2002, we could feel that three obstacles were overcame: place, language and culture. Thanks to this, the audience feels integrated in a new community and takes part in a new game, in which they totally surrender, though it doesn’t prevent them from thinking about the dichotomy between “ritual” and “show”. Both of these two ideas play their part well: ritual gives out luck, and the show gives out joy. Besides, the analysis of 2005 performance results in a numerous way of visualizing a kut, and enhances the idea of a group surrounding the mudang, and the personal link each individual wish to establish with her. The second part of this work expands to “the producers’ point of view”, the same who made these performances possible in France. The synthesis of their interviews made it possible to determine “7 bad reasons” to make such performances, reasons based upon belief and truth. On the other hand, there are also the “7 good reasons”, based upon the notions of performance, efficiency and sharing with the audience, which is the main goal of the kut ritual. Finally, “the mudang’s point of view” leads us to South Korea, where it is possible to understand how shamanism instills in society, how the “clients” – even though they are sometimes anthropologists– perceive the mudang’s speech, and what is a private kut; all this will lead us to the notion of “arising”, when the kut ritual has to bend into nowadays obligations, its only way to survive in this new world of ritualistic and spectacular concepts.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol. (554, 264, 338, 103 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 545-554

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.