La mise en images, en livres et en savoirs de la mythologie classique : France Allemagne (1720-1850)

par Élise Lehoux

Thèse de doctorat en Histoire et civilisations

Sous la direction de François Lissarrague.

Soutenue en 2015

à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales , en partenariat avec Ile-de-France (autre partenaire) .

Le président du jury était Pascal Payen.

Le jury était composé de François Lissarrague, Pascal Payen, Christian Jacob, Bénédicte Savoy, Alain Schnapp.


  • Résumé

    A la croisée de l'histoire de l'archéologie, de l'anthropologie des savoirs et de l'histoire du livre, cette thèse vise à comprendre la mise en livres, en images et en savoirs de la mythologie gréco- romaine, en France et en Allemagne, entre le XVIIIe siècle et la première moitié du XIXe siècle. Alors que le rythme d'institutionnalisation de l'archéologie diffère fortement dans les deux pays, cette période se caractérise également par une transformation des modalités d'analyse des objets issus de l'Antiquité. On passe d'un régime d'image antiquaire à un traitement scientifique des vestiges antiques et notamment mythologiques. Ces représentations mythologiques font alors l'objet d'interprétations de plus en plus spécifiques dans le champ de l'archéologie naissante. Cette thèse vise à montrer comment la mythologie, via ses reproductions, devient objet de savoir de cette discipline émergente. La matérialité de ce processus, l'interprétation de ces images, la construction de traditions bibliographiques ainsi que les lieux et moyens d'usage de ces représentations sont des angles d'approche qui traversent cette recherche. Elle vise à éclairer, sous l'angle des images, la fabrication de la science archéologique au XIXe siècle, permettant un utile retour réflexif et épistémologique sur ces pratiques savantes.


  • Résumé

    Halfway between the history of archaeology, anthropology of knowledge and the history of books, this dissertation aims at understanding how knowledge is represented and transmitted through textbooks and illustrations in the field of Greco-Roman mythology. The study will focus on works published in France and Germany between the 18th century and the first half of the 19th century. While the institutionnalisation of archaeology appears to be developping at a very different pace in these two countries, this period is also characterized by a change in the way Antiquity objects are studied. The pictorial representation of Antique and more specifically mythological remains is no longer based on the tradition of antiquarians, it gradually acquires a scientific dimension. These mythological representations thus allow for the development of more and more specific interpretations in the field of the newly-born archaeology. The present study aims at showing how little by little mythology and its reproductions become a scientific object for this emerging discipline. This research will explore different insights such as the materiality of this process, the interpretation of these pictures, the gradual construction of bibliographical traditions as well as the ways and places where these representations are used. The purpose here is to shed light on the development of archaeology as a science in the 19th century through the prism of illustrations in order to enable an enlightening.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (667 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.622-677. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2015-174
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.