Description du Guiqiong : langue tibéto-birmane (famille sino-tibétaine)

par Min Rao

Thèse de doctorat en Sciences du langage (option : linguistique)

Sous la direction de Hilary Chappell et de Katia Chirkova.

Le président du jury était Redouane Djamouri.

Le jury était composé de Hilary Chappell, Katia Chirkova, Redouane Djamouri, Zev Joseph Handel, Martine Mazaudon.


  • Résumé

    Cette thèse présente une description du guiqiong, une langue tibéto-birmane, parlée dans la province du Sichuan en Chine. La langue y est décrite sous trois aspects : la phonologie, la morphologie et la syntaxe. Le guiqiong compte 34 phonèmes consonantiques simples et deux sortes de groupes de consonnes : 11 prénasales et des groupes comportant une glide (/j/ ou /w/). Le système vocalique du guiqiong est composé de huit voyelles orales et six voyelles nasales. Le guiqiong privilégie les syllabes ouvertes qui peut être réduit en principe à un seul type : (N)(C)(G)V. Le système tonal présente quatre tons phonologiques de surface dont deux sont des tons ponctuels et deux sont modulés : un ton moyen 33, un ton haut 55, un ton montant 35 et un ton descendant 53. Les phénomènes de sandhi tonal sont observés dans des contextes variés. En ce qui concerne la morphonologie, la dérivation, la réduplication et la composition constituent les mécanismes morphologiques principaux pour la création lexicale en guiqiong. Les emprunts au tibétain et au mandarin du Sud-Ouest sont tous attestés. Coté syntaxe, un nom du guiqiong peut être marqué par le nombre II peut également être marqué par la flexion casuelle. Les verbes présentent un système de marquage de TAM, de direction, de négation et d'interrogation. Il y a trois types majeurs de phrases simples en guiqiong : les phrases déclaratives, interrogatives et impératives. La nominalisation phrastique s'utilise en guiqiong pour construire la relativisation et la complémentation. L'utilisation de la conjonction et de la juxtaposition sont les deux mécanismes généralement utilisés dans d'autres types d'enchaînement des phrases.


  • Résumé

    This thesis offers a description of Guiqiong, a Tibeto-Burman language spoken in Sichuan, China. Three aspects of the language in question are covered: phonology, morphology and the syntax. The consonant inventory of Guiqiong is comprised of 34 consonantal phonemes, with the possibility to form two types of consonant clusters : prenasalized consonants and clusters with the medial glides /w/ and 1)1. The vowel system is comprised of 8 oral vowels and 6 nasal vowels. Guiqiong is attested exclusively with open syllables, and the syllabic structure is (N)(C)(G)V. There are four tones in Guiqiong: high level (55), mid level (33), falling (53), and rising (35). Tone sandhi can be observed in various contexts. In terms of lexical morphology, derivation, reduplication and compounding represent the major processes to create new words. There are also Tibetan and South-Western Mandarin loanwords in Guiqiong. As far as the nominal system is concerned, a plural marker and a fairly elaborate inventory of case markers are attested in Guiqiong. Verbal marking in Guiqiong encodes TAM features, directionality, negation and interrogation. Three major types of independent clauses are found in Guiqiong: declarative, interrogative and imperative. Nominalizatior is used for relativization and complementation. As for clause linking, linking markers and parataxis are the two main strategies in Guiqiong.

Consulter en bibliothàque<+h>

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (558 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.486-493. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2015-170
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.