Solidarité en crise ? : les socialistes français, allemands et italiens face aux crises internationales au temps de la Ile Internationale (1889-1915)

par Elisa Marcobelli

Thèse de doctorat en Histoire et civilisations

Sous la direction de Christophe Prochasson et de Oliver Janz.

Soutenue en 2015

à Paris, EHESS en cotutelle avec Berlin, Freie Universität , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales .

Le président du jury était Christine Bouneau.

Le jury était composé de Patrizia Dogliani, Jörg Lehmann, Uwe Puschner, Arndt Weinrich.


  • Résumé

    L'opposition à la guerre de la IIe Internationale se résume souvent à un mot : « l'échec » ; celui de 1914. Or, ce jugement est réducteur et tend à lire toute l'existence de cette organisation en fonction de l'événement qui a marqué sa fin. Cette thèse propose d'étudier l'évolution de l'Internationale sans projeter sur celle-ci le déclenchement funeste de la Première Guerre mondiale : elle analyse le combat contre la guerre des socialistes français, allemands et italiens, au sein de l'Internationale et dans chaque espace national. L'attention est particulièrement centrée sur le positionnement des socialistes pendant les crises diplomatiques internationales qui se succédèrent au début du XXe siècle. Il en ressort un constat ambivalent. D'un côté, les efforts de l'Internationale contre la guerre ne peuvent plus être considérés comme un échec. L'institution a bien réussi à créer un sentiment communautaire se fondant sur la volonté de s'opposer à la guerre. Alors que les crises se succédaient, elle apprit à répondre à ces situations de troubles internationaux. D'un autre côté, cependant, la performativité de cette opposition à la guerre changeait en fonction de l'implication directe de la France, de l'Allemagne ou de l'Italie dans les crises diplomatiques en cours. Lorsqu'un pays courrait un danger, ses socialistes exprimaient des sentiments de défiance à l'égard des camarades étrangers, ce qui empêchait ponctuellement l'Internationale de prendre des initiatives efficaces contre les dangers de la situation internationale.


  • Résumé

    Opposition to the war by the Second International has often been considered a failure. This judgment, however, is reductive and tends to read the whole history of this organization on the basis of its position in 1914. In this study the International is investigated independently of the outbreak of the First World War. Our focus is on the struggle against the war by French, German, and Italian Socialists within the International and independently of it. Particular attention is paid to the international diplomatie crises that foliowed one anotheruntil 1914. The resuit is ambivalent. On the one hand, the Internationale efforts against the war no longer appears as a failure. The institution succeeds in creating a sensé of community based on the will to oppose the war. While the crises corne and go, it learns to respond to international crises. On the other hand, the performativity of the opposition to the war changes when France, Germany, and Italy are directly involved in diplomatie crises. When a country is in danger, its socialists express feelings of mistrust towards foreign comrades, which temporarily prevents the International from taking effective initiatives against the dangerous international situation.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (477 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.427-455. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2015-163
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.