Le plaisir des bourgeois et la gloire de la ville : sociétés et concours de tir dans les villes du Saint-Empire : XVe-XVIe siècles

par Jean-Dominique Delle Luche

Thèse de doctorat en Histoire et civilisations

Sous la direction de Pierre Monnet.

Le président du jury était Christophe Duhamelle.

Le jury était composé de Thomas Maissen.

Les rapporteurs étaient Marc Boone, Patrick Boucheron.


  • Résumé

    Cette thèse étudie les rapports entre le devoir militaire des bourgeois et leurs pratiques sportives dans le cadre d'associations contrôlées par les villes (les sociétés de tir) ou de rencontres interurbaines (les concours de tir), dans le Saint-Empire aux XVe et XVIe siècles. L'importance du sujet se manifeste par l'ampleur d'une historiographie reconstituée dans la première partie. Après avoir exposé les principes de la culture martiale dans les villes de l'Empire, les sociétés sont analysées dans une troisième partie. Les autorités financent, encadrent, privilégient les tireurs. Les concours de tir sont une forme majeure de rencontres entre villes : la dernière partie montre les processus décisionnels à l'œuvre lorsqu'il s'agit d'organiser un concours et d'accueillir des délégations étrangères. Cette étude décrit non seulement une forme majeure du sport avant la Modernité, fondée sur une éthique martiale et virile, mais également une catégorie méconnue d'associations urbaines. À travers le tir, on entrevoit également les transferts culturels au sein de l'espace impérial ainsi que l'évolution des hiérarchies et des réseaux urbains, avec la Réforme ou avec le déclin des villes d'Empire.


  • Résumé

    The work presented in this thesis focuses on the management of the burghers' military duties and their martial practices in city controlled shooting societies or in interurban marksmen contests in the Holy Roman Empire during the 15th and the 16th centuries. The breadth of the subject is proven by the consequent historiography which is the subject of the first part. The principles of the martial urban culture in the Empire, then the marksmen societies themselves form the second and third parts. Civic authorities financed, privileged and supervised the marksmen. Shooting contest were a major gathering occasion between cities : the last part focuses on the decision processes once a city wants to organize such contests and to welcome foreign delegates. This study describes not only a major form of premodern sport, based on martial and manly ethics, but also a neglected form of urban associations. The marksmen phenomenon is also an occasion to reveal the cultural transfers inside the imperial space and the evolution of urban hierarchies and networks, through the Reform era or the decline of the Free and Imperial Cities.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (1198 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.1071-1157. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?