L'expérience migratoire illégale : le cas des migrants clandestins algériens

par Rim Salima Otmani

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Serge Paugam.

Le président du jury était Michel Agier.

Le jury était composé de Gilles Ferréol, Aïssa Kadri, Sylvie Mazzella.


  • Résumé

    Cette thèse de doctorat cherche à saisir, d'un point de vue subjectif, les expériences migratoires illégales des jeunes algériens de moins de trente ans. Ce phénomène qui répond avant tout à des choix personnels et à des décisions individuelles, intrinsèquement liés au contexte de départ, est analysé au sein d'une configuration sociale collective engagée dans un processus de mobilité illégale difficile et sélective. Dans une perspective sociologique compréhensive, cette recherche analyse aussi le lien social qui relie, dans le temps et dans l'espace, des acteurs migrants au sein de réseaux migratoires clandestins afin d'approcher, à partir de leurs parcours et de leurs expériences, leurs stratégies d'organisation et de survie en France. L'intention est alors de prendre en considération la force des réseaux sociaux qui sous-tendent la migration clandestine et la capacité d'agir des migrants clandestins dans un contexte migratoire de plus en plus restrictif. Ainsi, l'analyse du lien social dans le processus migratoire illégal permet d'appréhender la manière dont s'entrecroisent et s'ajustent les liens sociaux, assemblés dans des relations de solidarité et de réciprocité, pour garantir l'invisibilité et la survie. Enfin, l'expérience migratoire illégale des jeunes algériens, qui est avant tout une expérience d'émancipation individuelle, d'autonomisation et d'ascension sociale, constitue un défi pour les politiques migratoires européennes qui sont en décalage avec les logiques des migrants clandestins.


  • Résumé

    This doctoral dissertation explores, from a subjective point of view, the illegal migration experiences of young Algerians aged under thirty. This phenomenon, which primarily results from personal choice and individual decisions, intrinsically linked to the context of their departure, is analyzed within the framework of a collective social configuration which is engaged in a process of difficult and selective illegal mobility. From the perspective of comprehensive sociology, this research analyzes the social bond that ties, in time and space, migrants involved in illegal migration networks, in order to approach, through their backgrounds and experiences, their organizational and survival strategies in France. The purpose of this research is therefore is therefore to analytically evaluate the strength of the social networks underlying illegal migration and illegal migrants' ability to act in the context of increasingly restrictive migration. Thus, the analysis of social bonds in the process of illegal migration process sheds light on the ways in which the interweaving and adjustments of social bonds, assembled in relationships of solidarity and reciprocity, ensure invisibility and survival. Finally, young Algerians' experience of illegal migration, which is primarily an experience of individual emancipation, autonomization and up-ward social mobility, is a challenge for European migration policies that are at odds with the logic of illegal migrants.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (533 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.453-474. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2015-49
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.