La transformation de l'histoire de la Révolution française : du politique au social (1870-1914)

par Arnaud Grandjacques

Thèse de doctorat en Histoire et civilisations

Sous la direction de Marcel Gauchet.

Le président du jury était Ran Halévi.

Le jury était composé de François Hartog, Bernard Hours, Ivan Jablonka, Sylvain Venayre.


  • Résumé

    Cette enquête interroge un changement de direction de l'historiographie de la Révolution française entre la fin du XIXème siècle et le début du XXème siècle. Pour ce faire, elle considère l'historiographie, non comme un simple ornement ou comme l'expression d'une quête de légitimité, mais comme un objet d'étude à part entière. L'enjeu a donc consisté à soustraire la production historienne aux visions partisanes et aux présentations techniciennes pour mener une étude axée autour des principales propriétés de l'historiographie révolutionnaire : ainsi, le choix a été fait d'élaborer une histoire conceptuelle de l'historiographie. Il porte en lui l'ambition de river l'historiographie à l'histoire et de conduire le questionnement de celle-ci en se situant à l'intersection des développements intellectuels connexes et des changements qui affectent en profondeur les conditions de l'existence commune. Inscrire les enquêtes historiennes dans leur contexte politique et intellectuel a permis d'isoler les caractéristiques de l'historiographie révolutionnaire et de mieux comprendre ses rapports avec l'historiographie générale. La présente recherche montre que le changement de visage des études révolutionnaires ne constitue pas une simple réplique du mouvement qui affecte l'historiographie générale : en un mot, la caractéristique principale de ce moment charnière ne réside ni dans la formation d'une communauté de praticiens ni dans la sélection de règles scientifiques. Elle est contenue dans une nouvelle orientation des recherches, qui est fonction de la confrontation de l'époque avec la question sociale et de l'édification conséquente de la notion de société.


  • Résumé

    This investigation examine the change of direction we can find in the historiography of the French Revolution between the end of the XlXth century and the beginning of the XXth century. To our point of view, historiography is not a decoration or a way of conquering a sort of legitimacy but a real subject to deal with. Our main aim was to gel rid of biased points of view as well as technical ways of considering these events in order to lead a study based on the historiography of the French Revolution's main attributes : therefore we made the choice of a conceptual history of historiography. Our goal was to connect historiography to history with on the one hand the consideration of the intellectual modifications around and on the other hand the modifications that appear in the collective existence. By inserting the historical studies into their political and intellectual context we found the historiography of the French Revolution's main caracteri sties. It lead us to a better understanding of its relations with general historiography. This work is trying to show that you can't fully understand what takes place in the historiography of the French Revolution if you only look into historiography's main evolutions. That is to say that the crucial aspect of this important moment does not lie neither in the development of a scientific community nor in the selection of scientific methods. It can be found in the new ways of studying these events that came from the eruption of the social question and the constitution of the idea of society.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (367 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.347-365. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2015-38
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.