Trois essais sur la formalisation des droits fonciers au Bénin et en Éthiopie

par Ouziel Kenneth Houngbedji

Thèse de doctorat en Analyse et politique économiques

Sous la direction de Denis Cogneau.

Soutenue en 2015

à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale d'Économie (Paris) .

Le président du jury était Karen Macours.

Le jury était composé de Tanguy Bernard.

Les rapporteurs étaient Alain de Janvry, Jean-Marie Baland.


  • Résumé

    Dans le secteur agricole des économies d'Afrique Sub-Saharienne le déficit d'investissements et les faibles rendements observés sont souvent imputés à l'absence de sécurité foncière du fait d'un cadre foncier largement marqué par la prégnance des droits locaux, dits coutumiers. Ainsi, plusieurs pays, dont le Bénin et l'Ethiopie, ont lancé des programmes d'enregistrement des droits coutumiers en s'appuyant sur les communautés locales. Ces dispositifs sont peu coûteux à mettre en place. Ils consistent, après des opérations préalables de délimitation et de bornage, à enregistrer l'ensemble des droits réels qui s'appliquent aux terres cultivées. Les travaux présentés dans cette thèse étudient l'impact de ces programmes sur le bien être des ménages. Les résultats indiquent que les activités de démarcation des terres libèrent des ressources préalablement utilisées par les ménages pour sécuriser leurs terres. Nous observons égalemenl que les ménages anticipent le début des activités d'enregistrement des droits fonciers puis prennent des mesures préventives visant à sécuriser l'enregistrement de leurs droits fonciers. Ce type d'anticipation diminue l'accès à la terre pour les femmes et pourrait biaiser l'évaluation d'impact des programmes d'enregistrement des droits fonciers.

  • Titre traduit

    Three essays on formalization of land property rights in Benin and Ethiopia


  • Résumé

    Contending that tenure insecurity under informal customary institutions dampens incentives for investment and contributes to low agricultural productivity in much of Sub-Saharan Africa, policymakers have tried to formalize customary land use through the provision of de jure rights to users. Two examples of such initiatives are the land registration programmes in Benin and Ethiopia. Both programmes embed the resolution of land disputes, the demarcation of plots and the recognition of individual land rights within customary practices and provide documentary evidence of those rights. In this doctoral thesis we explore the early effects of such programmes on household welfare. Following the land demarcation activities and the resolution of land disputes, the resources previously used to safeguard land claims from risk of encroachment are freed and can increase household welfare. There is also evidence that households anticipate the registration of their landholding(s) and take preventive measures to safeguard their land rights. This anticipation has an impact on the distribution of land rights between female and male landholders and could bias the impact evaluation of land registration programmes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (178 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.171-178. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2015-31
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.