La Grande Société des Chemins de Fer Russes (1856-1862) : coopération ferroviaire franco-russe, administration de l'espace impérial et réformes de l'Etat en Russie au XIXe siècle

par Juan Camilo Vergara

Thèse de doctorat en Histoire et civilisations

Sous la direction de Wladimir Berelowitch.


  • Résumé

    L'objet de cette étude est de démontrer comment l'Etat russe cherche à améliorer l'administration de son immense territoire - qui représente son principal atout et son plus sérieux limite. Cette volonté provoque l'apparition de plusieurs groupes d'intérêts qui se disputent leur influence sur la construction des chemins de fer russes entre 1856 et 1870. Ce phénomène montre en quoi la volonté de moderniser l'État se voit limitée par le souci de protéger sa souveraineté. Enjeu soumi a des échanges technologiques et scientifiques au niveau international, la construction ferroviaire témoigne du rôle central de la France dans la naissance des chemins de fer russes, au terme d'un long processus dans lequel la Russie observait attentivement ce qui se passait en Europe et aux Etats-Unis dans le domaine ferroviaire. La fondation de la Grande Société des Chemins de Fer Russes (GSCFR), en 1856, sous l'impulsion des frères Pereire, permet d'étudier la rupture de la politique protectionniste et souverainiste qui régnait jusqu'alors dans l'Etat russe. Elle est le moyen par lequel s'exprime la gestion du territoire de l'Empire russe à travers la modernisation des voies de communication.

  • Titre traduit

    The Main Society of Russian Railways (1856-1862) : Franco-Russian Railway Cooperation, Imperial Space Administration an State Reforms during the 19th Century


  • Résumé

    The main aim of this work, is to demonstrate how the Russian State intended to improve the administration of the Empire's huge territory - which was it's main force and, at the same time, its most serious weakness - through the construction of a vast network of railways. This fact provoked the formation of various influential groups, which intended to engage their power over the Russian railway's construction between 1856 and 1870. The reforms of the railway sector reveal how the State's need of technological modernisation was tempered by need of protecting its sovereignty. The construction of the Russian railway network, which depended on an international exchange of technologies and knowledge, proves the central roll played by France at a time when Russia observed carefully the evolution of the railway industry in Europe and the United States. The foundation of the Main Society of Russian Railways in 1856, encouraged by the influence and impetus of the Pereire brothers, permits us to understand the end of a protective and sovereignist policies that dominated until then the Russian State. This new strategy of the Russian State opens for us the possibility of studying the way in which the Empire's territorial administration determined the modernisation of the ways of communication.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (519 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.400-451. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2015-29

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.