Le «surpoids », un stigmate acceptable ? : représentations, discriminations et réappropriations des rondeurs féminines en France, en Allemagne et en Angleterre

par Solenn Carof

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Claude Fischler.

Soutenue en 2015

à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales , en partenariat avec Centre Edgar Morin (Paris) (laboratoire) .

Le jury était composé de Eva Barlösius, Thierry Pillon, Georges Vigarello.

Les rapporteurs étaient Christine Détrez, Jean-Pierre Poulain.


  • Résumé

    Dans cette thèse, j'ai pris pour objet ce que signifie « être une femme en surpoids » en France, en Allemagne et en Angleterre. J'ai réalisé 86 entretiens semi-directifs de femmes étiquetées « en surpoids » ou « obèses » selon l'Indice de Masse Corporelle dans les trois pays étudiés ; ainsi qu'une dizaine d'entretiens d'hommes et une quinzaine d'entretiens de praticiens français. Je me suis appuyée sur un questionnaire transmis par le biais d'internet dans ces trois pays. La recension et l'analyse extensive d'articles scientifiques a complété ces données. Dans une première partie, je me suis attachée à décrire ce que sont le « surpoids » et l'« obésité » ainsi que les controverses qui les sous-tendent dans l'arène scientifique et qui portent autant sur l’IMC et la définition des seuils pondéraux que sur la corrélation établie entre corpulence et mauvaise santé. Dans une deuxième partie, j'ai analysé le vécu quotidien des étiquetées, qui ont mis en place des stratégies d'autocensure pour respecter les règles de visibilité et d'invisibilité sociales acquises du fait des stigmatisations et des discriminations subies dans la sphère privée, professionnelle et médicale, mais aussi dans l'espace public. Dans une troisième partie, j'ai dégagé les conséquences des représentations et comportements stigmatisants sur les pratiques alimentaires des femmes désignées comme « mauvaises mangeuses ». Dans une dernière partie, j'ai rappelé que si les représentations corporelles subjectives et l'expérience pratique quotidienne du poids sont façonnées par les processus de stigmatisation, les enquêtées peuvent aussi se réapproprier leur corpulence, individuellement ou collectivement.


  • Résumé

    In this thesis, I analyze the meaning of "being an overweight woman" in France, in Germany and in England. I used 86 semi-directive interviews of "overweight" or "obese" women according to the Body mass index in three countries under investigation; as well as ten interviews of men and fïfteen interviews of French heath practitioners. I also use an internet questionnaire in these three countries. The review and the extensive analysis of scientific articles completed these data. In a first part, I describe the various meanings of "overweight" and "obesity" and the controversies in the scientific literature on the BMI, the thresholds and the correlation between corpulence and poor health. In the second part, I analyzed the daily real-life experience of the interviewed which set up strategies of self-censorship to respect the social rules of visibility and invisibility acquired because of stigmatizations and discriminations in the private, professional and medical sphere, but also in the public place. In the third part, I shed light on the consequences of the negative representations of overweight and obesity on the food practices of the women labelled as " bad eaters ". In a last pail, I show that if the subjective representations of one's body and the daily practical experience of the weight are shaped by the processes of stigmatization, overweight persons can also regain control of their corpulence, individually or collectively.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (620 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.537-572. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2015-13

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.