Toxicité et perturbation endocrine de pesticides et de leurs adjuvants, et d’un maïs OGM tolérant le Roundup

par Nicolas Defarge

Thèse de doctorat en Aspects moléculaires et cellulaires de la biologie

Sous la direction de Gilles-Éric Séralini.

Le président du jury était Jean-Marc Lebel.

Le jury était composé de Gilles-Éric Séralini, Jean-Marc Lebel, Françoise Paris, Robert Bellé, Jean-Marc Bonmatin.

Les rapporteurs étaient Françoise Paris, Robert Bellé.


  • Résumé

    Les formulations de pesticides sont des mélanges contenant des adjuvants appelés diluants inertes et un principe déclaré comme actif. Les herbicides à base de glyphosate, dont le Roundup, sont les pesticides les plus utilisés au monde. La revue de la littérature scientifique montre leur toxicité sur la santé et la reproduction des mammifères en dessous des seuils réglementaires. Les effets à long terme du Roundup ni d’aucun OGM le tolérant (80% des OGM) n’avaient jamais été évalués avant notre étude de 2 ans sur le rat, révélant une incidence accrue des tumeurs mammaires et des déficiences rénales, et une modification de la balance des hormones sexuelles à une dose 10. 000 fois inférieure à la dose journalière admissible du glyphosate. Ces effets s’expliquent par les effets non-linéaires de perturbation endocrine, notamment l’inhibition de l’aromatase mesurée in vitro avec les adjuvants seuls et en formulations sous les seuils de toxicité. Les effets des adjuvants sont également mis en évidence pour 8 des 9 formulations de pesticides testés ici, jusqu’à 1000 fois plus cytotoxiques que leurs principes actifs déclarés. L’inadéquation des seuils réglementaires démontrée ici pourrait s’expliquer en partie par des conflits d’intérêts et des concepts dépassés en toxicologie réglementaire, comme l’évaluation à long terme in vivo du seul principe déclaré comme actif pour les pesticides, l'utilisation des données historiques (des rats contrôles) que nous invalidons ici en révélant la contamination de leur nourriture par des niveaux toxiques de polluants environnementaux ou la non évaluation toxicologique chronique in vivo des OGM.

  • Titre traduit

    Toxicity and endocrine disruption by pesticides and their adjuvants and by a Roundup-tolerant GM maize


  • Résumé

    Formulations of pesticides are mixtures containing adjuvants called inerts and a declared active principle. Glyphosate-based herbicides, including Roundup, are the most widely used pesticides worldwide. A review of the scientific literature shows their toxicity for mammals’ health and reproduction below the regulatory thresholds Long term effects of Roundup nor Roundup-tolerant GMOs (80% of the GMOs) had ever been assessed before our 2-year rat feeding study that revealed an increased incidence of mammary tumors, kidney deficiencies, and changes in the balance of the sex hormones at a dose 10,000 times below the acceptable daily intake (of glyphosate). These results may be explained by the non-linear endocrine-disrupting effects, especially due to the inhibition of aromatase observed in vitro with adjuvants alone and in formulations below toxicity thresholds. Adjuvants effects were also evidenced for 8 of 9 formulations of pesticides tested here, up to one thousand times more toxic than their declared active principles. The inadequacy of regulatory thresholds demonstrated in this work may be partly explained by conflicts of interests and outdated concepts in regulatory toxicology, such as the long term in vivo assessment of the only declared active principle for pesticides, the use of historical (controls rats) data that we invalidate here by evidencing the contamination of their diets by toxic levels of environmental pollutants, and the absence of chronic in vivo toxicological assessment of GMOs.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (383 f.)
  • Annexes : Bibliogr. 700 ref. Index

Où se trouve cette thèse ?