La Shoah racontée aux enfants : genres littéraires ou récit scolaire ?

par Béatrice Guilbault-Finet

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Pierre Kahn et de Marie-France Bishop.

Le président du jury était Mariella Colin.

Le jury était composé de Pierre Kahn, Marie-France Bishop, Mariella Colin, Brigitte Louichon, Yves Reuter.

Les rapporteurs étaient Brigitte Louichon, Yves Reuter.


  • Résumé

    Nous avons cherché dans ce travail à caractériser les ouvrages de littérature pour la jeunesse sur la Shoah. L’étude d’un corpus d’ouvrages parus entre 1944 et 2013, nous a conduit à examiner les liens entre leur production éditoriale et les décisions politiques, ainsi qu’à étudier tout ce qui contribue à les inscrire dans la sphère littéraire (auteurs, paratexte, personnages, narrateurs, intertextualité). Depuis 2002, la littérature pour la jeunesse et l’enseignement de la Shoah sont inscrits dans les programmes d’enseignement du cycle 3 : nous nous sommes intéressé aux différentes prescriptions dont ces ouvrages font l’objet (bulletins officiels, sélections et distinctions émanant des associations de littérature pour la jeunesse et des associations juives, préconisations issues des revues pédagogiques). L’étude de pratiques pédagogiques observées, à partir de séquences d’enseignement dans les classes, nous a permis d’étudier les effets de leur scolarisation sur ces ouvrages. Apparaissent alors des phénomènes de distorsion qui affectent la lecture de ces ouvrages ainsi que les disciplines scolaires convoquées dans cet enseignement ; on observe ainsi une hésitation quant à la façon de concevoir ces ouvrages : le manque d’articulation entre les différentes disciplines tend à faire disparaître le récit scolaire de la Shoah au profit de l’instauration de « nouveaux romans scolaires ».

  • Titre traduit

    Telling children about the Holocaust : literary genre or school narrative ?


  • Résumé

    This research work aims at characterizing children's and youth literature about the Holocaust. The review of a significant body of books all published in the period spanning from 1944 to 2013 has led to a close observation of the possible links between their editorial productions and political decisions. It has also led to a study of all the elements that make them belong to the literary domain (authors, paratext, characters, narrators, intertextuality). Since 2002 children's and youth literature and the teaching of the Holocaust have been included in primary school curricula at cycle 3 level. Consequently, this work focuses on the different requirements concerning those books (official instructions, selections and awards made by organizations supporting children's and youth literature and by Jewish organizations, recommendations published in educational journals). The study of educational practice, which has been observed from teaching sequences in class, has enabled us to analyze the effects of resorting to such literature at school. We have noticed phenomena of distortion that influence the reading of this literature as well as the school disciplines concerned by that teaching. Thus one can observe some hesitation regarding the way this literature is considered: the lack of link between the different disciplines tends to make the school telling of the Holocaust disappear, supplanted by “new school novels”.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (747 p.)
  • Annexes : Bibliogr.378 ref.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque Pierre Sineux (Droit-Lettres).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THESE CAEN L 2015 GUILBAULT-FINET B1
  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque Pierre Sineux (Droit-Lettres).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THESE CAEN L 2015 GUILBAULT-FINET B2
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.