Les moulins hydrauliques à grains et les minoteries de l'Alençonnais : XVIIe-XXe siècles, de la lumière à l'ombre, quatre siècles d'évolution

par Patrick Birée

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean-Marc Moriceau.

Le président du jury était Jean-Pierre Williot.

Le jury était composé de Jean-Marc Moriceau, Jean-Pierre Williot, Jérôme Luther Viret, Yannick Lecherbonnier.

Les rapporteurs étaient Jérôme Luther Viret, Yannick Lecherbonnier.


  • Résumé

    L'actuel département de l'Orne présentait autrefois un territoire plus industrialisé que de nos jours. La force hydraulique y actionnait les «usines», c'est-à-dire des moulins aux fonctions très diverses. Vers 1800, on dénombrait notamment 587 moulins à grain (88 % du nombre total), 46 «tournants» sur 16 sites sidérurgiques, 12 moulins à foulon, 12 moulins à papier et 11 moulins à tan. Chacun s'intégrait dans une chaîne technologique partant du produit brut (céréales, chiffons et tissus, écorce de chêne, laine, minerai) au produit fini (farine, papier, tan, étoffes de laine, fonte et fer). Toute une gamme de personnes, aux fonctions et aux statuts très différents travaillaient en réseaux, de la production à la distribution. Les plus nombreux étaient ceux des sites meuniers à farine. L'étude présentée ici concerne les moulins hydrauliques à grains de la région alençonnaise entre le XVIIe siècle et le XXe siècle, soit une quarantaine d'établissements, tout au plus. Cette articulation sur un temps long permet de comprendre quelle est la dynamique de ce secteur sur ce petit territoire traversé par la Sarthe et composé de 26 communes et qui a connu au plus 40 000 personnes résidentes. Quelle est la particularité de cette meunerie? Quel est le nombre de moulins aux époques concernées ? À quel moment a-telle basculé dans la minoterie c'est-à-dire quand est-elle passée du stade artisanal au stade industriel? Quels sont ses rapports avec l'énergie, les capacités de mouture? Comment les hommes se sont-ils définis dans ce secteur de production? Quelle est sa place dans la meunerie ornaise?La réflexion s'articule autour d'un triple questionnement : technique, économique et social. Le premier point est consacré à la présentation exhaustive de quelques moulins représentatifs de l'Alençonnais. Le second développe la notion du réseau économique dans lequel ont évolué les moulins, entre agriculture et boulangerie. Le dernier présente les meuniers, leur univers et la vie difficile qu'ils ont pu mener. Une recherche inédite sur une histoire peu investie.

  • Titre traduit

    The hydraulic mills and flour mills of the Alençon region : 17th- 20th centuries, from the light to the dark, a four-century-long evolution.


  • Résumé

    The present-day Orne County was formerly more industrialized than today. The mills were operated by hydraulic power, and they had various functions. Around 1800, there were 587 grain mills (88% of the total amount of mills), 46 "turning mills"on16 steel plants, 12 treading mills, 12 paper mills, and tanning mills. Each of them was part of a technological chain starting from the gross product (cereals, cloths and fabrics, oak bark, wool, ore) to the finished product (flour, paper, tan, wool fabrics, cast-iron, and iron). A range of people, having different functions and statuses, worked in the production networks as well as in the distribution networks. The most numerous were those of the milling sites producing flour. The study presented here concerns the hydraulic grain mills in the Alençon region between the seventeenth century and the twentieth century. This articulation over a long period of time enables to understand the dynamics of this industry in this small territory crossed by the Sarthe river and composed of 26 towns, with a maximum of 40,000 residents. What is the peculiarity of this mill industry? What is the number of mills during the above-mentioned periods? When have the mills risen from small-scale stage to industrial stage? What are its links with energy and grinding capacities? How were men defined in this sector of production? What is its place in the Orne milling industry? The study consists in a triple questioning: technical, economic and social questioning. The first one is devoted to an exhaustive presentation of some representative mills in the Alençon area. The second one develops the idea of an economic network in which the mills have evolved, between agriculture and bakery. The latter presents the millers, their world and the difficult life they could lead. This is an unpublished research about a not well-researched history topic.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (600 p.)
  • Annexes : Bibliogr. 460 ref. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THESE CAEN L 2015 BIREE B1
  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THESE CAEN L 2015 BIREE B2
  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Maison de la Recherche en Sciences humaines. Centre de documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : THESE BIR 2015
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.