Avatars du héros populiste hollywoodien, de D. W. Griffith à C. Eastwood

par David Da Silva

Thèse de doctorat en Arts du spectacle

Sous la direction de Vincent Amiel.

Le président du jury était Christian Viviani.

Le jury était composé de Vincent Amiel, Christian Viviani, Jean-Loup Bourget, Laurent Bouvet.

Les rapporteurs étaient Jean-Loup Bourget, Laurent Bouvet.


  • Résumé

    L’objectif de cette thèse est de présenter la pensée populiste dans la culture américaine. Si on estime son apparition dès la guerre d’indépendance des colons britanniques d’Amérique du Nord contre la Grande-Bretagne de 1775 à 1783, le populisme américain a surtout connu son heure de gloire avec The People’s Party en 1892. De fait, ce parti populiste a cristallisé la colère des fermiers américains (dont des Afro-américains) très endettés de la fin du XIXe siècle. Ce mouvement agraire était très attaché aux idéaux pionniers et se méfiait du développement économique et du salariat (qu’il jugeait incompatible avec la liberté et la démocratie). Les Populistes défendaient l’égalité des chances, une libre entreprise tempérée par le Common Sense (le bon sens) et un pouvoir détenu par des hommes vertueux. De plus, ils soutenaient également toute forme d’opposition à la haute-finance, aux machines politiques centralisées, au fédéralisme omniprésent, à l’intellectualisme citadin. Les héros des Populistes se nomment Thomas Jefferson, Andrew Jackson et Abraham Lincoln. Ce dernier incarne, en plus de l’humanisme, la possibilité pour l’homme ordinaire de devenir Président des États-Unis. L’idéologie populiste apparaît dans les premiers films américains. D’abord chez D. W. Griffith ou King Vidor avant de connaître son heure de gloire avec les films de John Ford, Frank Capra ou Leo McCarey dans les années trente. Après son déclin lors des années cinquante, le populisme hollywoodien va renaître dans les années soixante-dix avec des personnalités comme Clint Eastwood, Sam Peckinpah ou Michael Winner. Les années quatre-vingt vont prolonger ce retour avec le double mandat de Ronald Reagan. Oliver Stone, Sylvester Stallone ou encore John Carpenter ont continué à propager un message très proche de la tradition populiste américaine, avec notamment la mise en valeur de l’homme de la rue face à la corruption et la trahison des élites. Nous verrons donc si, de D. W. Griffith à Clint Eastwood, la fonction du héros populiste est de diviser ou d’unir le peuple américain ?

  • Titre traduit

    Avatars of the hero hollywood populist, from D. W. Griffith to C. Eastwood


  • Résumé

    The objective of this thesis is to present the populist thought in the American culture. If we estimat his appearance from the war for independence of the British colonists of North America against Great Britain from 1775 till 1783, the American populism especially had its hour of glory with People's The Party in 1892. Actually, this popular party crystallized the anger of the American farmers (among which of the Afro-Americans) heavily indebted of the end of the XIXth century. This agrarian movement was very attached to the ideal pioneers and was wary of the economic development and the wage-earner (that he considered incompatible with the freedom and the democracy). The Populists defended the equality of opportunity, a free enterprise moderated by Common Sense and a power detained by virtuous people. Furthermore, they also supported any shape of opposition to the high finance, to the centralized political machines, to the omnipresent federalism, to the city intellectualism. The heroes of the Populists are called Thomas Jefferson, Andrew Jackson and Abraham Lincoln. The latter embodies, besides the humanism, the possibility for the common person to become President of the United States. The populist ideology appears in the first American movies. At first at D. W. Griffith or King Vidor before having his hour of glory with the movies of John Ford, Frank Capra or Leo McCarey in the thirties. After its decline during the fifties, the Hollywood populism is going to be reborn in the seventies with personalities as Clint Eastwood, Sam Peckinpah or Michael Winner. Years eighty are going to extend this return with the Ronald Reagan's double mandate. Oliver Stone, Sylvester Stallone or John Carpenter continued to propagate a message very close to the American populist tradition, with in particular the development of the man in the street in the face of the corruption and the treason of elites. We shall thus see if, of D. W. Griffith to Clint Eastwood, the function of the populist hero is to divide or to unite the American people?

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2015 par LettMotif à La Madeleine (Nord)

Le populisme américain au cinéma : de D.W. Griffith à Clint Eastwood : un héros populiste pour unir ou diviser le peuple ?


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (459 p.)
  • Annexes : Bibliogr. 279 ref. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque Pierre Sineux (Droit-Lettres).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THESE CAEN L 2015 DA SILVA B
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2015 par LettMotif à La Madeleine (Nord)

Informations

  • Sous le titre : Le populisme américain au cinéma : de D.W. Griffith à Clint Eastwood : un héros populiste pour unir ou diviser le peuple ?
  • Dans la collection : Collection Thèses-essais , 2417-2995
  • Détails : 1 vol. (466 p.)
  • ISBN : 978-2-36716-116-7
  • Annexes : Bibliogr. p. 407-419. Filmogr. p. 421-428. Liste de sites Internet p. 419-420. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.