Le rôle de la formation professionnelle et de l’apprentissage face au paradigme de l’économie fondée sur la connaissance

par Khadidja Benallou

Thèse de doctorat en Sciences économiques générales

Sous la direction de Jean Bonnet et de Abdelaziz Salem.


  • Résumé

    Dans le contexte de l’économie fondée sur la connaissance, cette thèse a pour ambition de répondre à un double objectif. Dans une approche microéconomique, le premier axe a pour objectif d’expliquer les effets de la formation sur la productivité des firmes. Le deuxième axe de cette recherche s’efforce d’élargir les sources de productivité et se propose d’analyser les liens entre changement organisationnel, changement technologique et productivité. Une littérature bien fouillée nous a permis une analyse théorique minutieuse. Nous analysons tout d’abord l’évolution de la formation professionnelle et de l’apprentissage selon les théories du capital humain et selon les évolutions règlementaires incitant les entreprises à investir dans la formation de leurs employés. Ensuite, nous considérons des analyses empiriques caractérisées par des tests statistiques et des modèles économétriques. Le premier est de nature récursif triangulaire, il vérifie le lien entre formation, innovation et productivité des PMI. Le deuxième est plutôt interactif, puisqu’il étudie le sens bilatéral entre changement organisationnel et changement technologique, et l’impact de ces changements sur la productivité des PMI. Les résultats indiquent que l’activité de formation n’a pas d’effet direct sur la productivité des firmes. L’impact est plutôt indirect grâce à l’innovation. L’apport de notre travail réside dans le fait de considérer la formation comme un input d’innovation et de s’affranchir du lien classique direct entre investissement en capital humain et productivité. De ce fait, nous considérons la formation des salariés non seulement comme un moyen d’acquisition de connaissances mais également comme une source de création de connaissances (innovation de produit, innovation de procédé). La productivité des entreprises est également affectée par d’autres sources de connaissances. Les changements organisationnels impactent en partie la performance des PMI. C’est plus particulièrement l’intensité de la mise en œuvre des innovations organisationnelles qui a un effet positif et significatif sur la productivité du travail. Nous retenons que les activités de formation à elles seules n’ont pas d’effet direct sur la productivité, sauf si elles s’accompagnent de nouvelles pratiques organisationnelles.

  • Titre traduit

    The role of vocational training and learning in a knowledge based economic paradigm


  • Résumé

    In the context of an economy based on knowledge, this thesis has a dual objective. Taking a microeconomic approach, the first axis wants to explain the effects of training on corporate productivity. The second axis of this research tries to broaden the sources of productivity and proposes to analyze the links between organizational change, technological change and productivity. A very thorough literature review led us to a meticulous theoretical analysis. We initially analyzed the development of vocational training and learning according to the theories on human capital and to the regulatory changes prompting companies to invest in training their employees. Then, we consider empirical analyzes characterized by statistical tests and econometric models. The first is of a triangular recursive nature, checking the link between training, innovation and productivity of SMEs. The second is more interactive as it studies bilateral interaction between organizational change and technological change and the impact of these changes on the productivity of SMEs. Our results show that training does not have a direct effect on corporate productivity, but rather an indirect impact through innovation. The contribution of our research is in considering training as an innovation input without using the classical link between investment in human capital and productivity. With this approach, we see employee training not only as a mean of increasing knowledge but also as a source of knowledge creation (innovation in products, innovation in processes). Corporate productivity is also influenced by other sources of knowledge. Organizational changes are partly responsible for the performances of SMEs. More precisely, it is the intensity of implementation of organizational innovations that bears a significant and positive impact on working productivity. Our conclusion is that training activities alone have no direct effect on productivity unless they associate with new organizational practices.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (214 f.)
  • Annexes : Bibliogr. 261 ref. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque Pierre Sineux (Droit-Lettres).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THESE CAEN D 2015 BENALLOU B
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.