Il nous faut une barrière ! : sociologie politique des mobilisations pro-barrière en Israël et en Arizona (Etats-Unis)

par Damien Simonneau

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Évelyne Ritaine.

Le président du jury était Dario Battistella.

Les rapporteurs étaient Thierry Balzacq, Denis Duez.


  • Résumé

    En Israël et aux États-Unis, les politiques de défense matérialisant des limites territoriales au moyen de« barrières » ont pour point commun de susciter des mobilisations infra-étatiques (en Israël à partir de2001 pour une « barrière de sécurité » en Cisjordanie ; en Arizona à partir de 2010 pour une « barrièrefrontalière » avec le Mexique). Les opérations homologues de cadrage pro-barrière des situations demobilités et de présence de Palestiniens et de Mexicains que ces mobilisations remplissent, contribuentà entretenir le consensus sur le rôle du militaire dans la construction et le traitement d’un « problèmepublic » de la mobilité. Le territoire marqué par la barrière devient alors le lieu d’une performancepublique destinée à rassurer les citoyens israéliens et états-uniens. Par une analyse des représentations,des modes d’actions et des pratiques de sécurité pro-barrière, nous examinons les spécificitésnationales et géopolitiques de ces deux fabriques de barrière. Au-delà de ces spécificités, ladémonstration compare trois opérations homologues remplies par ces mobilisations dans leurssystèmes politiques : la problématisation des situations de mobilité et de présence d’étrangersindésirables ; la « sécuritisation » en une réponse militaire à apporter à ces situations ; et lapublicisation du cadrage pro-barrière par l’action collective et protestataire contre les gouvernements.

  • Titre traduit

    We need a fence! : A political sociology of pro-fence mobilizations in Israel and in Arizona (United States of America)


  • Résumé

    Beyond controlling mobility of undesirables, the function of the building up of “fences” on territorialboundaries is also to reassure fenced-in citizens. By analyzing the cases of Israel and the USA, thepresent dissertation investigates how the fenced territory becomes the place of a public performanceaimed to reassure Israeli and US citizens. The starting point of the demonstration is that such defensepolicies nourish social mobilizations (in Israel from 2001 in favor of a “security fence” in the WestBank; in Arizona from 2010 in favor of a “border fence” with Mexico). I rely on analyses ofrepresentations, actions and security practices of such mobilizations to investigate national andgeopolitical specificities. Beyond these specificities, I compare three analogous political operations bypro-fence movements in their political systems. First, they construct situations of mobility andpresence of undesirables as problematic. Second, they securitize these situations as a security issuescalling for a military response. Finally, they diffuse pro-fence framing by collective and dissentingactions against governments. Thus, they contribute to maintain a consensus over the role of themilitary in the construction and the management of a “public problem” of mobility in these twosocieties.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.