La trame contingente : stylistique du possible aux origines du roman en vers (XIIe siècle)

par Yannick Mosset

Thèse de doctorat en Littératures française, francophones et comparée

Sous la direction de Danièle James-Raoul.

Le président du jury était Olivier Soutet.

Le jury était composé de Danièle James-Raoul, Éric Bordas, Sophie Marnette, Françoise Laurent.

Les rapporteurs étaient Olivier Soutet, Éric Bordas.


  • Résumé

    L’étude se fonde sur l’hypothèse que le possible est un critère fondateur du roman médiéval. Le corpus est donc constitué d’œuvres romanesques ou qui peuvent être considérées comme des précurseurs du roman : les chroniques de Wace, le roman antique, les romans tristaniens et les romans de Chrétien de Troyes. Ces œuvres ont été explorées suivant une double approche. La première approche, linguistique, a essayé de dégager pour trois faits de langue (futur, futur II, propositions hypothétiques) une racine sémantique et, surtout, un éventail de significations ; l’étude a permis de dégager des phénomènes stylistiques : d’une part, les auteurs peuvent se singulariser dans leur emploi des formes (on dégage alors des traits idiolectaux) ; d’autre part, certaines formes ont des emplois marqués qui peuvent, en contexte, être considérés comme expressifs. La seconde approche est littéraire ; elle permet de dégager comment ces formes linguistiques sont investies dans une œuvre. En se concentrant sur des segments brefs et saillants (formules et interventions narratoriales), il a été possible d’identifier des traits singularisant l’œuvre de chaque auteur, mais aussi des éléments spécifiques au genre du roman. En étudiant d’une manière plus large le possible, défini comme la confrontation au futur contingent, certains éléments d’ordre générique ont été dégagés. Tout d’abord, le roman motive systématiquement l’action : le possible sert à exprimer une volonté, un projet, une verbalisation initiale précédant la réalisation de l’action ; l’écriture romanesque semble insister sur l’investissement individuel dans l’accomplissement de l’acte. Ensuite, un processus se révèle au plan chronologique. En effet, toute forme de prédestination ou de fatalité s’efface progressivement dans les textes ; ceux-ci se focalisent désormais plus sur la liberté humaine. Cette focalisation se fait selon deux procédés : le premier consiste à présenter la volonté du héros comme problématique, et le second à développer le principe d’incertitude : le possible relève d’une impossibilité à saisir entièrement le réel.

  • Titre traduit

    Contingent threads : stylistic analysis of possibility at the beginning of French verse romance (12e century)


  • Résumé

    This study is based on the hypothesis that possibility is an essential criterion of medieval romance. So, the corpus contains romances or works which can be considered as precursors of romance : Wace’s chronicles, the « romans antiques », tristanian romances et Chrétien de Troyes’s romances. These works had been studied in two directions. The first part of the study relies on linguistic analysis in order to identify, for three linguistic facts (future, future II and conditionnals) a semantic root and, mostly, the different significations it can have. Stylistic phenomena had been identified by doing so : first, author can have a specific way to use these forms (idiolectal facts) ; then, theses forms have marked uses which can, contextually, be considered as expressive. The second part of the study is a literary analysis, in order to see how linguistic forms are used in works. By considering brief and prominent segments (formulas and narratorial interventions), it had been possible to identify facts which differentiate each author’s works, but also facts which are specific to romance. By studying possibility at a larger scale, defined as confrontation to contingent future, generic specificities had been identified. Firstly, romance expresses systematically the motivation of the action : possibility is used to express a will, a plan, an initial verbalisation preceding the realisation of the action ; so, romance writing seems to insist on the personal implication in the accomplishment of the act. Then, from a chronological point of view, a process is at work. Indeed, all form of predestination or fatality is gradually erased in the texts ; human freedom is now the focus. This focalisation is made in two ways ; the first is the description of the hero’s will as problematic ; the second is the development of uncertainty : possibility is linked to the incapacity to apprehend completely reality.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.