Microfinance et réduction de la pauvreté : le cas de Djibouti

par Ibrahim Robleh

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Jacques Marie Vaslin et de Jaime Marques-Pereira.


  • Résumé

    La microfinance représente, de part le monde, un moyen de lutte contre la pauvreté en améliorant les conditions de vies des ménages pauvres. Ses effets bénéfiques sont surtout connus dans les pays en voie de développement et elle représente une autre source de financement pour les populations pauvres qui n'ont pas accès aux banques. Cette potentialité du secteur de la microfinance a retenu l'attention des pouvoirs publics, à Djibouti, pour lutter contre la pauvreté et des financements importants ont été investis dans ce secteur. Les enquêtes Djiboutiennes auprès des Ménages (EDAM, 2002 et 2012) ont montré une progression de la pauvreté. Les différentes politiques de lutte contre la pauvreté mises en place depuis la fin des années 90 ont eu un impact très faible dans la lutte contre la pauvreté. Mais peut-on généraliser cet impact positif de la microfinance ? Pour le cas de Djibouti, la microfinance est-elle la réponse adéquate face aux besoins des populations nécessiteuses ? Notre thèse cherche à vérifier par des données empiriques si l'hypothèse d'un impact positif sur le bien-être des clients est toujours d'actualité à Djibouti

  • Titre traduit

    Microfinance and poverty reduction : the case of Djibouti


  • Résumé

    Microfinance accounts, around the world, a way to fight against poverty by improving the living conditions of poor households. Its beneficial effects are best known in developing countries and represents an alternative source of financing for the poor who have no access to banks.This potential of the microfinance sector has attracted the attention of the authorities in Djibouti to fight against poverty and significant funding has been invested in this sector.The Djiboutian surveys of households (EDAM, 2002 and 2012) showed an increase in poverty. Different policies against poverty put in place since the late 90's had very little impact in the fight against poverty.But can we generalize this positive impact of microfinance? In the case of Djibouti, is the appropriate response microfinance faces the needs of needy. Our thesis seeks to verify by empirical data if the hypothesis of a positive impact on the well-being of clients is still relevant in Djibouti


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de PicardieJules Verne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.