Explorer l'Univers primordial avec les quasars : cas de la mission Euclid

par Jeremie Chatron

Thèse de doctorat en Astrophysique et Cosmologie

Sous la direction de Jean-Gabriel Cuby et de Stéphane Basa.

Le président du jury était Véronique Buat.

Les rapporteurs étaient Roser Pello, Jean-Charles Cuillandre.


  • Résumé

    Cette thèse s'inscrit dans le domaine d'étude de l'Univers lointain, en particulier sur l'étude d'une période méconnue de notre Univers à savoir « la ré-ionisation ». Le choix de la sonde utilisée pour l'étude d'un Univers aussi lointain est quelque peu restreint. En effet il faut que la sonde soit visible à cette grande distance et donc que ce soit un objet extrêmement lumineux. Ainsi on se sert de galaxies très énergétiques avec un noyau galactique actif (appelées quasars) en tant que sonde. En étudiant le rayonnement de ces quasars on pourra alors caractériser l'environnement qui les entoure. Ces quasars étant des objets rares, il nous faut rechercher sur une grande surface du ciel pour espérer en obtenir quelques uns. Il existe beaucoup de projets d'observation dédiés à la cosmologie, un des futurs projets majeurs nommé Euclid sera un grand pas pour l'étude de la ré-ionisation. Ce futur satellite de l'ESA (lancement prévu en 2020) sera particulièrement performant dans l'infrarouge, permettant ainsi de détecter des quasars à des distances actuellement insondées. Afin de pouvoir bien préparer cette mission il nous faut établir et anticiper les performances attendues d'Euclid. Pour ce faire, il faut mener une étude similaire sur des données existantes puis extrapoler la performance d'Euclid. Pour ce faire, durant ma thèse, j'ai utilisé des données issues du télescope terrestre du CFHT (Canada France Hawaii Telescope) situé à hawaii au mont Mauna Kea.

  • Titre traduit

    Explore the primal Universe with quasars


  • Résumé

    The main topic of this thesis is the study of the distant Universe, particularly the study of a quite unknown period of our Universe namely "reionization." The probe's choice used in the study of a universe so far is somewhat restricted. Indeed it is necessary that the probe be visible at this distance and therefore the probe must be a very bright objet. Thus we used high-energy galaxies with an active galactic nuclei (called quasars) as a probe. By studying the emission of these quasars we can then characterize the environment around them. Because of the huge distance between us and the quasar and due to the expansion of the universe they have their light emissions shifted towards longer wavelengths. Thus, to study the young age of our universe, we need to observe objects in the infrared. These quasars are rare objects, we need to search over a large area of the sky to hope to get a few. There are many projects focused on observational cosmology, a future major project named Euclid will be a big step for the study of reionization. This future ESA satellite (launch planned in 2020) will be particularly effective in the infrared, thus allowing to detect quasars at distances currently unfathomed. In order to prepare this mission we must establish and predict the expected performance of Euclid. To do this, we must conduct a similar study on existing data and extrapolate the performance of Euclid. To do this, in my thesis, I used datas from the terrestrial telescope CFHT (Canada France Hawaii Telescope) located in hawaii at Mauna Kea.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.