Histoire de la citoyenneté au Sénégal

par El Hadji Baye Ndiaga Gueye

Thèse de doctorat en Histoire du droit et des idées politiques

Sous la direction de André Cabanis.


  • Résumé

    La citoyenneté, voilà une notion héritée du colonisateur dont on pourrait certainement être fiers au Sénégal. Dans le contexte économique et social caractérisé par la pauvreté qui n’est pas sans conséquence sur la vie démocratique en général, elle est une des rares « dignités » qu’il reste encore aux Sénégalais. Elle semble toutefois de plus en plus menacée par les crises électorales que connaît épisodiquement le pays, dont la dernière en date fut celle provoquée par l’élection présidentielle de 2012, de sorte que la notion de citoyenneté semble aujourd’hui être en sursis. C’est donc l’occasion pour nous, à travers cette étude, d’en retracer l’histoire. Dans le contexte colonial qui l’a vue naître au milieu du 19e siècle, elle n’a d’abord été exercée dans les rares établissements français du Sénégal que par quelques milliers d’habitants. Elle sera ensuite juridiquement consolidée au début du 20e siècle dans les quatre communes de plein exercice (Saint-Louis, Gorée, Rufisque et Dakar) avant d’être étendue à tous les ressortissants de la colonie en 1946. À l’indépendance du pays, les Sénégalais vont enfin se la réapproprier non pas pour la déconstruire, mais plutôt, semble-t-il, pour l’adapter à l’évolution de la communauté politique.

  • Titre traduit

    History of citizenship in Senegal


  • Résumé

    Citizenship, here is a notion inherited from colonist which people should certainly be proud of in Senegal. It still remains one of the rare prides for Senegalese people to enforce in the economic and social context characterized by poverty and troubles that have some consequences on the democratic life in general. However, it seems to be threatened by electoral crises that have been happening periodically in the country. The latest one was in 2012 caused by the presidential election and for that the citizenship notion appears to be reprieved. It is therefore an opportunity for us to relate again its history throughout this study. It has been first practiced in the rare French institutes of Senegal by only some inhabitants during the colonial context where it started in the middle of the 19th century. And then it was juridically consolidated in the beginning of the 20th century on the occasion of the four communes fully accredited, before being spread out to all the nationals of the colony in 1946. When the country became independent, Senegalese people finally embraced the notion to make it their own in order to adapt it to the evolution of the political community rather than eliminate it.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.