Ethnologie de l'aventure : pratiques contemporaines de la mobilité masculine et productions identitaires en Afrique de l'Ouest (Burkina Faso)

par Matthieu Louis

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Roger Somé.

Le président du jury était Stéphane de Tapia.

Le jury était composé de David Le Breton, Catherine Quiminal.

Les rapporteurs étaient Dominique Groux, Lena Inowlocki.


  • Résumé

    Cette thèse présente une ethnologie des phénomènes migratoires en Afrique de l’Ouest qui promeut une étude de la mobilité, localement baptisée « aventure », en tant qu’anthropologie de l’incertitude dont le dessein premier a été de saisir les identités labiles et vagabondes de migrants se désignant aventuriers – identité ramifiée à des pratiques, des désirs et des conceptions spécifiques de l’Ailleurs. En serrant de près le sens des discours des acteurs et des témoins rencontrés, en analysant des biographies fouillées d’aventuriers afin de restituer la dimension subjective du vécu migratoire, et en observant in vivo les creusets sociaux et les foyers de significations où naissent les désirs d’extraversion, nous donnons à voir et à comprendre les usages que font les aventuriers de l’Ici et de l’Ailleurs, ainsi que les rapports à eux-mêmes, aux autres et au monde qu’ils produisent. À rebours du poncif misérabiliste, nous dévoilons ainsi une philosophie de la mobilité qui nous incline à penser l’aventurier comme sujet-auteur de son existence et l’aventurisme comme un éthos et une forme rituelle d’esthétisation, de narration, de conquête et d’exposition de soi.

  • Titre traduit

    Ethnology of the adventure : contemporary practices of male mobility and identity buildings in West Africa (Burkina Faso)


  • Résumé

    Ethnology of the adventure. Contemporary practices of male mobility and identity buildings in West Africa (Burkina Faso) – This PhD thesis features an ethnology of migratory phenomena in West Africa which promotes a study of the mobility locally called “adventure” as an anthropology of the uncertainty. The initial purpose was to grasp labile and roaming identities of migrants who refer to themselves as adventurers – identity branched to specific practices, desires and conceptions of the Elsewhere. In approaching as closely as possible the meaning of the speeches of the actors and the witnesses, in analyzing thick biographies of adventurers in order to reproduce the subjective dimension of their migratory experience, and in observing in vivo the social contexts and the crucibles of meanings where the desires of extroversion arise, we give to see and understand the adventurers’ uses of the Here and the Elsewhere, as well as their relationships to themselves, to others and to the world they generate. Contrary to the cliché painting migrations in the most miserable way, thus we unveil a philosophy of the mobility that makes us inclined to think the adventurer as a subject-author of his existence and the adventurism as an éthos and a ritual form of self-aestheticization, self-narrative, self-conquest and self-exposure.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.