Dialogue des Novisimos avec la modernité poétique française du XIXe siècle : G. Carnero, L. M. Panero et J. Siles, passeurs de cultures

par Marjolaine Piccone-Miloud (Piccone)

Thèse de doctorat en Littérature générale et comparée

Sous la direction de Michèle Finck.

Soutenue le 30-06-2014

à Strasbourg , dans le cadre de École doctorale Humanités (Strasbourg ; 2009-....) , en partenariat avec Configurations littéraires (Strasbourg) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Sophie Guermès.

Le jury était composé de Yves-Michel Ergal, Patrick Quillier.

Les rapporteurs étaient Sophie Guermès, Marie-Claire Zimmermann.


  • Résumé

    Révélée dans les années 70, la génération des Novísimos éclipse des décennies d’asphyxie culturelle en brisant les carcans formels et les codes langagiers. Si une forme de liquidation semble être à l’œuvre, très vite la culture du silence et du vide offre un terrain fertile à la renaissance. Guillermo Carnero, Leopoldo María Panero et Jaime Siles, réunis autour de l’objectif de rénovation poétique, modulent un dialogue continu avec la poésie française, inspirés par la modernité de la fin du XIXe siècle et ses artisans : Baudelaire, Gautier, Mallarmé et Rimbaud. Mosaïque culturelle, le poème fait se rencontrer tableaux et vers, rythme et couleur, mais aussi se confronter les références les plus érudites, l’entremêlement des idiomes, et des motifs populaires. Cette démultiplication du sens conduit à une parole poétique qui touche à l’universel ; entraînant la remise en question du poème et de ses acteurs. Dans cette œuvre médiatrice des arts et des cultures, une révolution est en marche.

  • Titre traduit

    Dialogue between the Novisimos and the french poetic modernity of the Nineteenth century : G. Carnero, L. M. Panero and J. Siles, transmitters of cultures


  • Résumé

    Coming to light in the 1970s, the Novísimos generation eclipses many decades of cultural suffocation by breaking formal constraint and linguistic codes. If a certain form of liquidation seems to be initially at work, the culture of silence and emptiness soon provides fertile ground for rebirth. Gathered around the common goal of poetic renewal, Guillermo Carnero, Leopoldo María Panero and Jaime Siles are in constant dialogue with French poets, more precisely with late nineteenth-century Modernists such as Baudelaire, Gautier, Mallarmé and Rimbaud. As a sort of cultural mosaic, the poem not only brings together paintings and verses, rhythm and colour, but also confronts the most erudite references with the intermingling of idioms and popular elements. This multiplication of meanings leads to a poetic language that attains universality and questions the poem and its main players. In this intermediary work between arts and cultures, a revolution is underway.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?