Les deux corps de la danse : l'imaginaire de la danse théâtrale dans la littérature et l'iconographie européennes : 1830-1870

par Bénédicte Jarrasse

Thèse de doctorat en Littérature générale et comparée

Sous la direction de Guy Ducrey.

Soutenue le 28-11-2014

à Strasbourg , dans le cadre de École doctorale Humanités (Strasbourg) , en partenariat avec Configurations littéraires (Strasbourg) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Florence Fix.

Le jury était composé de Timothée Picard, Éléonore Roy-Reverzy.

Les rapporteurs étaient Florence Fix, Hélène Laplace-Claverie.


  • Résumé

    Aux alentours de 1830, le romantisme s'impose sur les scènes théâtrales. À une manière nouvelle d'envisager le ballet fait écho une manière nouvelle de le représenter. Celui-ci peine toutefois à se dire pour lui-même, et dans cette bataille du dire, c'est la danseuse, à défaut de la danse, qui devient l'objet principal des représentations. La ballerine cristallise le dualisme essentiel de l'imaginaire romantique et se retrouve au cœur d'une entreprise de mise en légende et de légitimation de l'art chorégraphique. Le dire de la danse passe désormais par une mythographie. L'enjeu ultime est dans la définition du corps romantique de la danse. Les procédures de mythification déterminent un corps proprement décent - le corps glorieux de la danse. Ce corps métaphorique n'est pourtant que l'avers d'un autre corps - le corps terrestre de la danse. Dans les envers du théâtre est ainsi dévoilé le corps de la danse au travail, corps faillible et souffrant, éternel prix à payer de la féerie.

  • Titre traduit

    The ballet's two bodies : the imaginary of theatrical dance in European literature and iconography : 1830-1870


  • Résumé

    Around 1830, Romanticism prevails on theatre stages. The new perspective on performance as a whole leads to a new perception of ballet. However, ballet struggles to assert its specificity and in the battle of words that unfolds, the ballerina, rather than the ballet, becomes the main focus onstage. The ballerina cristallizes the duality that is key to the Romantic vision. She thus finds herself at the heart of a campaign to elevate her to the status of legend, which is also a way for ballet to gain recognition. The narrative of ballet, from this point onwards, has to rely on a mythography. What is ultimately at stake is the definition of the Romantic dancing body. The mythologizing process creates a chaste body : the glorious dancing body. However, this metaphorical body is but the antithesis of another one : the earthy dancing body. Finally, it is backstage in the theatre that the dancing body is unveiled at work, frail and in pain, forever the price to pay for enchantment.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.