Les possibilités et les effets de convergences des mouvements contestataires, sous la répression : les mobilisations au nom de groupes sociaux opprimés sur la base du genre, de l'orientation sexuelle ou de l'appartenance ethnique, en Turquie

par Pinar Selek

Thèse de doctorat en Sciences politiques

Sous la direction de Samim Akgönül.

Le président du jury était Marie-Claire Caloz-Tschopp.

Le jury était composé de Jay Rowell.

Les rapporteurs étaient Isabelle Sommier, Hamit Bozarslan.


  • Résumé

    L’examen de l’espace militant en Turquie à travers quatre mouvements contestataires sur la base du genre, de l’orientation sexuelle ou de l’appartenance ethnique, montre que les contextes conflictuels et repressifs peuvent créer les possibilités d’émergence de nouveaux mouvements contestataires et leur convergence. Ces mouvements, malgré leurs divergences, interdépendants dans la complexité de leurs dynamiques, se rejoignent dans le même cycle de contestation, germé dans les années 1980, maturé et émergé autour de 1990, qui devient l’acteur de la déconstruction d’un monopole idéologique, organisationnel et politique dans l’espace militant. L’interdépendance de ces mouvements, avec de multiples facteurs, favorise leurs convergences et leurs interactions qui dépendent aussi de leurs lignes de fractures et de dissociation, relatifs à la structuration interne des rapports sociaux, à leurs diverses modalités de hiérarchies organisationnelles. Ces conflits créent des freins aux innovations des organisations mais grâce au maintien de leurs alliances, ils provoquent des transformations par des luttes internes et renforcent les rapprochements des communautés autour de ces mouvements. Dans la complexité de ce processus entre interdépendances, tensions et influences réciproques, le nouveau cycle de contestation naît comme une pluralité de relations, à partir des années 2010, dans un espace intermédiaire où les concepts et les répertoires, les idées, les expériences voyagent.

  • Titre traduit

    The possibilities and the imprints of the coalescences the protests movements, under the repressive context


  • Résumé

    This study of Turkish activism, focussing on four protest mouvements based on gender, sexual orientation or ethnicity, shows that a repressive context can actually open up possibilities for the emergence of new protest mouvements as well as for their coalescences. Despite their differences, these movements are still interdependent in their dynamics and complexity, and belong to the same cycle of contention, which was born in the eighties and matured in the nineties when it became a powerful agent in the deconstruction of the ideological, organizational, and political monopoly of the militant space. The interdependenceof these mouvements, based on several factors, promotes their convergence and their interactions, which also depend on their cleavages, relative to the internal structure of social relations and to various forms of their organizational hierarchies. These conflicts are slowing down renewal and the innovation process within these organisations. Thanks to the sustained alliances, though, they cause internal disputes that bring transformation and reinforce the concord of communities around these mouvements. From the complexities of this process between interdependence, tensions and mutual influences, a new cycle of contention arises in 2010, in the form of a multiplicity of relations within an intermediate space where concepts, repertoires, ideas and experiences are in mouvement.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.