Nouvelles formes de communication - nouvelles formes de communauté : (les téléphones cellulaires et les cultures contemporaines des jeunes en Bulgarie)

par Niya Neykova

Thèse de doctorat en Sociologie, anthropologie politique

Sous la direction de Michel Rautenberg et de Ivaylo Ditchev.

Soutenue le 11-07-2014

à Saint-Etienne en cotutelle avec l'Université de Saint Kliment Ohridski (Sofia) , dans le cadre de École doctorale Sciences sociales (Lyon) , en partenariat avec Centre Max Weber (Bron, Rhône ; Saint-Étienne) (équipe de recherche) et de Centre Max Weber / CMW (laboratoire) .

Le président du jury était Olivier Martin.

Le jury était composé de Michel Rautenberg, Ivaylo Ditchev, Hervé Glevarec, Sandra Fiori.


  • Résumé

    Le but de notre thèse est d’analyser par le moyen des approches interdisciplinaires «douces» des Cultural Studies les pratiques d’utilisation des téléphones portables par les jeunes bulgares (de la génération née après la chute du communisme dans le pays) en tant que bases non seulement de restructuration, mais aussi de création de nouveaux types de micro cultures juvéniles. Nous faisons l’hypothèse que les téléphones portables changent les conditions traditionnelles et les moyens d’exprimer une identité, de préserver l’intégrité d’un groupe d’appartenance, de construire une hiérarchie et des formes d’autorité. D’abord nous présentons le téléphone portable dans la perspective de l’imaginaire social, par les récits qui se reproduisent dans les produits de la culture de masse. Ensuite nous analysons les interprétations que les utilisateurs eux-mêmes donnent aux téléphones portables, ainsi que les moyens dont ils se servent pour créer de nouveaux types de relations sociales ou bien pour légitimer les anciennes, tout en nuançant certaines différences d’âge, de sexe, de statut social dans l’utilisation. A la fin nous montrons que les téléphones portables favorisent une forme de communauté spécifique, notamment l’individualisme en réseau, qui promut un individu capable de choisir et gérer ses loyautés et ses appartenances en tout temps et à tout lieu. Le téléphone portable est la technologie la plus intime, dont l’obtention est considérée comme un rite de passage qui intègre l’individu à la société de communication et à ses idéologies de transparence et de care et qui contribue ainsi à la « domestication » des situations qui lui arrivent.

  • Titre traduit

    NEW FORMS OF COMMUNICATION - NEW FORMS OF COMMUNITY : (CELL PHONES AND CONTEMPORARY YOUTH CULTURES IN BULGARIA)


  • Résumé

    The aim of this thesis is to analyze the practices of mobile phone use among young Bulgarians (the generation born after the fall of communism in the country), by using the « soft » interdisciplinary approaches of Cultural Studies. These are practices which are bases not only for restructuring of micro cultures, but also for the appearance of new ones. We assume that mobile phones are changing the traditional conditions and ways of expressing identity, of preserving the integrity of a group of belonging, of building hierarchies and forms of authority. In the first place we present the mobile phone in the perspective of the social imaginary, by summarizing repetitive discourses in the products of mass culture. Afterwards we analyze the interpretations that users themselves give to mobile phones, and the means they exploit to create new kinds of social relationships or to legitimize the existing ones, while taking into consideration certain differences in use related to age, gender and social status. Finally we show that mobile phones encourage a specific form of community, the networked individualism, which promotes an individual able to choose and manage his loyalties and his allegiances at any time and at any place. The mobile phone is the most intimate technology. Its acquisition is considered to be a rite of passage that marks the transition to the communication society and its ideologies of transparence and care, and which contributes also to the « domestication » of the situations that happen.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Jean Monnet. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.