L’immigration algérienne sur la scène théâtrale française (1972-1978) : d’une lutte postcoloniale à l’émergence d’une reconfiguration historique et temporelle

par Jeanne Le Gallic

Thèse de doctorat en Arts du spectacle

Sous la direction de Christiane Page.

Soutenue le 10-12-2014

à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Arts, Lettres, Langues (Rennes) , en partenariat avec Université européenne de Bretagne (PRES) et de Arts : Pratiques et Poétiques. UHB (laboratoire) .

Le président du jury était Ahmed Cheniki.

Le jury était composé de Brigitte Donaty-Prost, Pascal Blanchard.

Les rapporteurs étaient Ahmed Cheniki, Alec Gordon Hargreaves.


  • Résumé

    Cette thèse de doctorat, s’inscrivant dans le champ des études postcoloniales, s’intéresse à l’émergence du théâtre de l’immigration durant la décennie 1970 dans la continuité de luttes qui marquent l’apparition d’un discours critique sur la colonisation et ses effets. Le théâtre est y utilisé comme une arme de combat, une poursuite de l’activité politique et militante, permettant de démanteler les mécanismes d’aliénation et d’exploitation auxquels sont soumis les immigrés en contexte contemporain. Il est en effet désormais impossible de penser l’immigration sans penser les résultats d’une histoire qui a débuté avec la colonisation. Les indépendances, loin de consacrer une rupture dans les modes de domination établis pendant la colonisation, semblent au contraire en perpétuer certaines pensées et pratiques dans une expression renouvelée : c’est notamment à travers la figure de l’immigré algérien, excroissance à rebours de la colonie française qu’était l’Algérie, que des modes de traitement, d’encadrement et de surveillance de l’immigration, hérités en partie de la période coloniale, perdurent dans la période postcoloniale. Ces mécanismes de domination et d’exploitation des travailleurs immigrés seront violemment dénoncés durant la décennie, qui voit l’apparition à la fois d’une nouvelle subjectivité politique et l’émergence d’un théâtre immigré dont la pratique illustre les théories anglo-saxonnes sur la colonisation et ses conséquences dans le jaillissement de nouvelles formes discursives et esthétiques. Le poids de l’héritage colonial, en particulier celui lié à l’Algérie, permet ainsi de mobiliser les travailleurs autour d’une identité contextuelle et de développer un théâtre qui repose idéologiquement et esthétiquement sur l’examen panoramique d’une réalité qui s’inscrit dans une temporalité et une territorialité complexes, liées au mouvement.

  • Titre traduit

    Algerian immigration on the French theatre scene (1972-1978) : from a postcolonial fight to the emergence of a historical and temporal reconfiguration


  • Résumé

    This doctoral dissertation, falling in the field of postcolonial studies, investigates the emergence of an immigration theatre during the decade 1970 in the continuation of fights that characterise the development of a critical discourse regarding colonisation and its effects. In this context, theatre is used as a weapon, a prolongation of the political and militant activism, permitting to dismantle the mechanisms of alienation and exploitation to which immigrants are subject in contemporary environment. Indeed, it is now impossible to consider immigration without considering outcomes of a history initiated with colonisation. Independences, far from consecrating a rupture in the modes of domination established during colonisation, instead seem to perpetuate some beliefs and practises in a renewed expression: it is in particular through the Algerian immigrant figure, backward excrescence of the French colony Algeria was, that methods for processing, supervising and monitoring immigration, in part inherited from the colonial era, persist during postcolonial times. These domination and exploitation mechanisms directed toward immigrant workers will be fiercely denounced during the decade, which sees apparition at the same time of a new political subjectivity and the emergence of an immigrant theatre, whose practise illustrates Anglo-Saxon theories on colonisation and its consequences in the burst of new discursive and aesthetical forms. The weight of colonial legacy, particularly the one related to Algeria, therefore allows to mobilise workers around a contextual identity and to develop a theatre ideologically and aesthetically based on the panoramic examination of a reality inscribed in complex temporality and territoriality linked to motion.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2014 par Université Rennes 2 à Rennes

L'immigration algérienne sur la scène théâtrale française (1972-1978) : d'une lutte postcoloniale à l'émergence d'une reconfiguration historique et temporelle


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2014 par Université Rennes 2 à Rennes

Informations

  • Sous le titre : L'immigration algérienne sur la scène théâtrale française (1972-1978) : d'une lutte postcoloniale à l'émergence d'une reconfiguration historique et temporelle
  • Détails : 1 vol. (408 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 355-402. 381 réf. bibliogr. Index des noms propres. Table des sigles, des illustrations, tableaux et graphiques. Annexes
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.