Faire foule : organisation, communication et (dé)subjectivation à l'ère hyperindustrielle

par Olivier Sarrouy

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Christian Le Moënne.

Soutenue le 04-12-2014

à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) , en partenariat avec Université européenne de Bretagne (PRES) et de Plurilinguismes, Représentations, Expressions Francophones - information, communication, sociolinguistique (laboratoire) .

Le président du jury était Manuel Zacklad.

Le jury était composé de Catherine Loneux, Antoinette Rouvroy, Bernard Floris, Romain Huet.

Les rapporteurs étaient Manuel Zacklad, Imad Saleh.


  • Résumé

    Cette thèse vise à examiner les formes de l'action collective et de l'être-avec tendanciellement imposées par l'hégémonie du crowdsourcing. La notion de crowdsourcing désigne l'appropriation des mécanismes collaboratifs du web 2.0 par des secteurs d'activité originellement étrangers à son influence : design de vêtements, conceptionde biens durables, ingénierie de véhicules, challenges sociaux, etc. Tandis que la plupart des travaux se penchant sur ce phénomène se tient au dedans d'un cadre conceptuel emprunté à l'économie politique, cette recherche s'efforce plutôt d'examiner la spécificité des régimes organisationnels et interactionnels propres à cesplateformes : ce sont ainsi les processus de subjectivation individuelle et collective qu'informent ces dispositifs qui suscitent ici l'intérêt de la recherche.Cette réflexion s'articule autour de cinq axes d’analyse distincts. Un axe économique d’abord, visant à re-situer l’actuelle hégémonie de ces dispositifs au plus près des dynamiques de long terme du capital. Un axe organisationnel ensuite, examinant l’inclination de ces plateformes à suspendre la félicité de l’action collective à la fluidité, la multiplicité et l’hétérogénéité des contributions qu’elles coordonnent. Un axe technique encore, s’efforçant d’analyser les procédés équipant cette coordination depuis la condition de fluidité, de multiplicité etd’hétérogénéité que lui assignent ces dispositifs. Un axe interactionnel ensuite, analysant les agencements d’énonciation ainsi articulés par ces procédés techniques et impersonnels de coordination. Un axe existential enfin, visant à examiner les processus de (dé)subjectivation individuelle et collective auxquels ces agencements exposent leurs utilisateurs.Chacun de ces axes est ainsi construit autour d’une analyse ethnographique sérielle de différents dispositifs - notamment Yelp, TripAdvisor, OpenIDEO, Local Motors et Quirky - visant à dissoudre les spécificités propres àchacune de ces plateformes dans la dispersion des schèmes - organisationnels, techniques, interactionnels, énonciatifs, existentiaux - qui s’y répètent.

  • Titre traduit

    Make crowd : organization, communication and (die) subjectivation in the hyperindustrial era


  • Résumé

    The aim of this thesis is to examine the underlying forms of collective action and beingwith imposed by the hegemony of crowdsourcing. The concept of crowdsourcing refers to the appropriation of collaborative mechanisms of Web 2.0 by industries that are originally outside it’s influence: fashion design, conception ofdurable goods, automotive engineering, social challenges, etc. While most studies addressing this phenomenon draw their conceptual framework from the domain of political economy, this thesis will on the contrary endeavour to study the particularities of the organizational and interactional regimes specific to crowdsourcing platforms. It is thus the processes of individual and collective subjectivation that are given form by these platforms that arouse interest for such research.This study is articulated around five distinct lines of research. The first line is economic; the goal is to situate the present dominance of crowdsourcing apparatuses in close relation to the long term dynamic of capital. The second line is organizational; it aims to examine the inclination of such platforms to condition the felicity of collective action by the fluidity, the multiplicity and the heterogeneity of the contributions they coordinate. The third line is technical; it seeks to analyse the processes that enables coordination under the condition of fluidity, multiplicity and heterogeneity that are allotted to these platforms. The fourth line is interactional, it analyses the assemblages of enunciation that are articulated by these technical and impersonal processes of absencecoordination. The fifth and final line is existential, it will examine the individual and collective (de)subjectivation processes to which these assemblages expose their users.Each of these research lines is developed on a serial ethnographic analysis of various platforms - namely Yelp, TripAdvisor, OpenIDEO, Local Motors and Quirky - in order to break down the specificities of each of these platforms into the repetition of organizational, technical, interactional, enunciative and existential patterns.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2014 par Université Rennes 2 à Rennes

Faire foule : organisation, communication et (dé)subjectivation à l'ère hyperindustrielle


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2014 par Université Rennes 2 à Rennes

Informations

  • Sous le titre : Faire foule : organisation, communication et (dé)subjectivation à l'ère hyperindustrielle
  • Détails : 1 vol. (426 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 381-415. Annexes
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.