Rennes, naissance d'une capitale provinciale (1491-1610)

par Mathieu Pichard Rivalan

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Philippe Hamon et de Gauthier Aubert.

Soutenue le 06-12-2014

à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) , en partenariat avec Université européenne de Bretagne (PRES) et de CEntre de Recherches HIstoriques de l'Ouest (laboratoire) .

Le président du jury était Guy Saupin.

Le jury était composé de Jean-Marie Le Gall.

Les rapporteurs étaient Michel Cassan, Dominique Le Page.


  • Résumé

    Entre la fin du XVe siècle et les années 1610, le, le parlement de Bretagne s'installe à Rennes au détriment d'autres candidates au statut de capitale provinciale (Nantes et Vannes). On observe alors une sorte de « renaissance politique » de la ville appuyée sur des attitudes nouvelles de prédation institutionnelle qui visent à atteindre une forme de distinction à l’échelle de la province. Le parlement s’installe définitivement à Rennes dans les années 1560 et contribue à attirer de nouvelles élites qui constituent de nouveaux réseaux de notabilité. Au même moment, la municipalité et le siège présidial voient leur importance et leur champ d'action redéfinis dans les domaines politique et administratif à mesure que le parlement progresse dans ses prérogatives en ville. La thèse tente de démontrer que l’installation d’une cour souveraine et le maintien d’une volonté de distinction accélère le passage d'une ex-Capitale ducale à une capitale servant de relais pour la monarchie, forte de ses institutions mais où l’équilibre politique entre les différents corps constitués est rendu plus complexe. L’intégration du duché de Bretagne au royaume de France a proposé aux élites urbaines des options et des opportunités en termes de discours, de fidélités et d’attitudes politiques et les Rennais se sont positionnés, dans ce domaine, avec une habileté toute particulière. Le processus est en relation étroite avec la composition sociale et professionnelle du corps de ville. La « communauté de Rennes », à l’origine dominée par un groupe de marchands, procureurs et notaires concentrés sur la fiscalité et la gestion urbaine (notamment du dispositif des murs de la ville) s’est enrichie à partir du début du XVIe issus des cours de justice ordinaires (sénéchaussée, prévôté puis présidial). C’est ce groupe à plusieurs composantes qui s’est battu, contre Nantes en particulier, pour que Rennes devienne et demeure la capitale institutionnelle et judiciaire de la province bretonne.

  • Titre traduit

    Rennes, birth of a provincial capital (1491-1610)


  • Résumé

    Between the end of the 15th century and the 1610’s, the parliament of Bretagne chose the city of Rennes over others candidates like Nantes or Vannes. At the same time there seemed to occur a sort of political Renaissance of the city linked to new attitudes, like the desire of creating new institutions that aimed to obtain a form of distinctive honor in the province. The parliament settles once and for all in Rennes in the 1560’s and participates to introduce a new elite in order to build innovative webs of notability. In the mean time, the municipality and the siège présidial saw their political responsibilities minored as the prerogative of the parliament was getting bigger in the city. The study tries to show that the settling of the judiciary court and the upkeep of a strong will of distinction speeds up the transition from an ex capital of the Dukes, to a royal provincial capital with the possibility of becoming a representative of the royal power. The city would eventually be stronger thanks to the variety of its institutions but the political balance has become more complex. The integration of the duchy to the French crown generated a series of options and opportunities to the urban elite in areas such as speeches and political attitudes. In this context, Rennes chose its position with a very accurate skill. This process seems to be related to the social and professional composition of the corps de ville. The “communauté de Rennes”, formerly led by a group of merchants, prosecutors or notaries who used to focus on the tax system and urbanism (especially the fortification walls of the city) was enriched in the beginning of the 16th century by new elements from the judiciary courts (“sénéchaussée”, “prévôté” and “siège présidial”). This group with various components led the fighting, against Nantes in particular, to let the city of Rennes become and remain the institutional and judiciary capital of the province of Bretagne.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2014 par Université Rennes 2 à Rennes

Rennes, naissance d'une capitale provinciale (1491-1610)


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2014 par Université Rennes 2 à Rennes

Informations

  • Sous le titre : Rennes, naissance d'une capitale provinciale (1491-1610)
  • Détails : 2 vol. (677 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 659-669. 175 réf. bibliogr. Table des documents et annexes
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.