Devenir cavalier : une expérience d’apprentissage par corps : essai de socio-anthropo-zoologie des pratiques et techniques équestres

par Patrice Régnier (Regnier)

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Stéphane Héas et de Michel Calmet.

Soutenue le 09-01-2014

à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) , en partenariat avec Université européenne de Bretagne (PRES) .

Le président du jury était Gilles Bui-Xuan.

Le jury était composé de Gilles Bui-Xuan, Jacques Cremieux, Michela Turci.

Les rapporteurs étaient Catherine Tourre-Malen, Bernard Andrieu.


  • Résumé

    « L’équitation est une activité pratiquée par les riches ou les homosexuels ! ». Les stéréotypes entourant les pratiques équestres sont nombreux minimisant la variété même des pratiques et usages existants. Si le saut d’obstacle, le dressage ou le complet sont des disciplines olympiques, les courses en hippodrome, la randonnée, l’endurance, l’équithérapie, etc., mobilisent des dizaines de milliers de personnes en France chaque année. Les études qui se sont jusqu’ici intéressées à la question équestre sont nombreuses, mais s’intéressent bien souvent à la pratique compétitive à côté de laquelle vivoterait un « loisir » sans autre intérêt que de passer du temps, voire en prenant du plaisir, à cheval. Pourtant, s’intéresser à l’histoire équestre invite à la réflexion. En effet, l’équitation, quelle que soit sa forme actuelle, est issue d’une pratique guerrière. D’où la question que pose cette étude : l’équitation ne serait-elle pas, en fait, un art martial qui s’ignore ? Au travers d’une étude socio-historique de l’activité, de l’observation participante dans plusieurs centres équestres, d’équitation traditionnelle mais aussi éthologique, des entretiens avec des cavalières-cavaliers (n =50) l’étude s’attache à comprendre ce que signifie devenir cavalier au 21e siècle voire se revendiquer comme tel. La recherche menée constate l’ascendance guerrière de l’équitation au plan historique, mais aussi pour certains cavaliers au niveau d’une éthique à défendre, de valeurs à restaurer. « L’apprentissage par corps » adossé à l’observation et aux entretiens avec des professionnels équestres, au sens de leur engagement social dans leur discipline, autorisent largement la comparaison, si ce n’est l’intégration, de l’équitation avec les arts guerriers ou martiaux.

  • Titre traduit

    Becoming a horse-rider : a body learning experiment : socio-anthropo-zoologic essay in equestrian practices and techniques


  • Résumé

    “Horse-riding is practiced by rich people or homosexuals!” There are plenty of stereotypes regarding equestrian activities which minimize the variety and even the existing kinds and uses. If jumping, dressage and eventing are Olympic disciplines, racing, trail riding, endurance, equine therapy and so on, mobilize tens of thousands of people in France each year.Studies which talk about the equestrian question are numerous, but often focus their interest on the competitive practice rather than a “leisure activity” whose interest is to spend time, even having fun on horse. However, an interest in equestrian history provokes thought. Indeed, horse-riding, in whatever actual form, is the result of war practice. Here comes the question asked by this study: should horse-riding , in fact, be seen as an ignored martial art?Through a socio-historian study of the activity, observations in several equestrian centres of traditional horseriding and also natural horseman-ship, interviews with horse riders (n=50) the study focuses on understanding what is to become of a horse rider in the 21st century or even to claim being one of them.The research conducted reports the warriors ascendance in horse-riding from an historical point, and also for some horse riders, the values to restore. “The body learning” backed by observation and interviews with equestrian professionals, understood as a social engagement in their discipline, largely allows the comparison, and if not the integration, of horse-riding in war or martial arts.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2014 par Université Rennes 2 à Rennes

Devenir cavalier : une expérience d'apprentissage par corps : essai de socio-anthropo-zoologie des pratiques et techniques équestres


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2014 par Université Rennes 2 à Rennes

Informations

  • Sous le titre : Devenir cavalier : une expérience d'apprentissage par corps : essai de socio-anthropo-zoologie des pratiques et techniques équestres
  • Détails : 2 vol. (310,259 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 285-305. 232 réf. bibliogr. Index des auteurs Annexes (vol. 2). Entretiens (cédérom)
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.