La croissance en Afrique et les investissements directs étrangers

par Famaria Djibril Koné

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Jean-Jacques Durand et de Christophe Tavéra.

Soutenue le 15-12-2014

à Rennes 1 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme, des organisations et de la société (Rennes) , en partenariat avec Université européenne de Bretagne (PRES) et de Centre de Recherche en Economie et Management (laboratoire) .

Les rapporteurs étaient Jean-Philippe Boussemart, Geneviève Grangeas.


  • Résumé

    Partant du premier constat selon lequel, le continent africain a été et reste encore aujourd’hui, celui dont les habitants sont les plus pauvres du monde, nous nous sommes assigné comme objectif d’essayer d’en identifier les tenants et les aboutissants. A la lumière des avancées en matière de théorie de la croissance, nous avons énumérés les deux principaux mécanismes convoyeurs de croissance économique, à savoir l’accumulation des facteurs de production et le progrès technique. Ensuite comme second constat, nous avons remarqué qu’à la fois le taux d’investissement et le niveau de progrès technique était plus faible sur le continent africain, qu’ailleurs. Conscient également de cet état des choses, les instances dirigeantes de ces pays, ont entrepris d’attirer le plus d’investissements étrangers possible, considérés d’une part comme un moyen de contourner le déficit d’investissements productifs et d’autre part comme un mode d’adoption de nouvelles technologies. C’est pourquoi, l’impact des investissements directs étrangers sur la croissance économique des pays en voie de développement et africains en particuliers, a constitué l’objet de notre étude. Nous avons décelé dans notre étude, comme dans la littérature sur le sujet, un impact des IDE sur l’investissement local en Afrique neutre, soutenant l’hypothèse que ces investissements augmentent au moins le stock de capital physique par tête des pays africains de notre échantillon. Ce faisant, les IDE vont influer sur le revenu par tête des pays de notre échantillon, dans des proportions différentes mais selon le même principe que les investissements dits nationaux. On a constaté que les investissements directs étrangers, ont eu un impact moyen positif supérieur sur le niveau de revenu par tête de long terme (22% de hausse quinquennale moyenne), à celui des investissements domestiques (0,5% de hausse quinquennale moyenne). Cependant, nous n’avons pas enregistré d’effets d’externalités de productivités positives au sein de ces pays, liées à la présence d’entreprise étrangères. Au sein d’un échantillon plus large cette fois-ci, comprenant aussi bien des pays développés, en voie de développement et africains, nous avons trouvé que les IDE deviennent significatifs pour le processus de rattrapage technologique, via des externalités de productivité, quand le ratio de productivité totale des facteurs du pays hôte par rapport à celui des Etats-Unis, est supérieur ou égal à 0,47. Donc, pour bénéficier au maximum de la présence de multinationales sur leur territoire, les pays africains doivent mettre au préalable en place, de bonnes conditions politiques, économiques et sociales, leur permettant d’améliorer leurs capacités d’absorption (écart raisonnable de productivité vis-à-vis des Etats-Unis).

  • Titre traduit

    Economic growth in Africa and foreign direct investment


  • Résumé

    Starting with the first observation that the African continent has been and still is, one whose inhabitants are the poorest in the world, we have assigned a target to try to identify the ins and outs. In light of advances in growth theory, we have listed the two main mechanisms conveyors of economic growth, namely the accumulation of factors of production and technical progress. As second observation, we noticed that both the investment rate and the level of technical progress was lower on the African continent than elsewhere. Also aware of this situation, the governments of these countries have begun to attract more foreign investment as possible, on the one hand considered as a way to circumvent the lack of productive investment and secondly as a mode of adoption of new technologies. Therefore, the impact of FDI on economic growth in developing countries and in Africa in particular, has been the object of our study. We found in our study, as in the literature on the subject, that the impact of FDI on domestic investment in Africa is neutral, supporting the assumption that these investments increase at least the stock of physical capital per head of our African sample. In doing so, the FDI will affect the per capita income of countries in our sample, in different proportions but according to the same principle as the national investments. We found that foreign direct investment, had an average positive upper impact on the long-term level of per capita income (22% average increase every five-year) than domestic investment (0.5% average increase every five-year) . However, we have not registered positives productivity externalities in these countries, due to the presence of foreign business. Within a larger sample this time, including as well developed countries, developing countries and African countries, we found that FDI becomes significant for the process of technological catching-up, by productivity externalities when the ratio of total factor productivity in the host country compared to the United States is greater than or equal to 0.47. So to get the most from the presence of multinationals in their territory, African countries must first establish, good political, economic and social conditions, enabling them to improve their absorptive capacity (reasonable productivity gap vis -à-vis the United States).


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rennes I. Service commun de la documentation. Bibliothèque de ressources électroniques en ligne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.