Poétique du point de suspension : valeur et interprétations.

par Julien Rault

Thèse de doctorat en Langue et Littérature française

Sous la direction de Catherine Rannoux et de Stéphane Bikialo.

Le président du jury était Isabelle Serça.

Le jury était composé de Catherine Rannoux, Stéphane Bikialo, Marie-Christine Lala, Gilles Siouffi.

Les rapporteurs étaient Isabelle Serça, Jacques Dürrenmatt.


  • Résumé

    Partant de l'hypothèse d'un mouvement global d'inclusion des signes de ponctuation dans le système de la langue, prenant appui sur une grammaticalisation, ce travail envisage l'élément ponctuant comme un véritable signe de langue écrite, soit un ponctème auquel il est possible de conférer une valeur différentielle et une signification, par la confrontation d'un signifiant graphique et d'un signifié.Nous proposons une étude linguistique du point de suspension, signe complexe, polyvalent, traditionnellement doté de propriétés antithétiques et d'innombrables fonctions. En ayant soin de distinguer le niveau sémiotique du niveau sémantique et métasémantique, nous définissons le ponctème comme le « signe du latent » dont l'interprétation peut être synthétisée en trois réalisations (suppression, suspension, supplémentation) qui sont le support d'enjeux syntaxique, sémantique, énonciatif majeurs.La valeur, réflexive, intrinsèquement contestataire, de la latence permet alors d'envisager les différentes réalisations discursives du ponctème, dans le discours littéraire, journalistique ou encore métalinguistique (imaginaire) ; elle offre la possibilité d'appréhender, dans une perspective poétique (stylistique, générique, socio-historique, épistémologique), un genre de discours qui transcende l'opposition entre discours littéraire et non-littéraire. Depuis son apparition et son utilisation dans le théâtre imprimé français (XVIIe siècle) jusqu'aux nombreux usages contemporains dans divers genres de discours, l'idéogramme du latent, mi-dire faisant apparaître une possible apparition, est un signe dont la valeur labile, excessive, infinissant le sens, procède fondamentalement d'un discours oblique.

  • Titre traduit

    Poetic of the ellipsis : value and interpretations.


  • Résumé

    This work assumes the inclusion of punctuation in the system of the language, motivated by grammaticalization. It considers ponctuation mark as a real sign of written language, a ''ponctème'' to which it is possible to confer a differential value and a meaning, by the confrontation of a graphic signifier and a signified. We present a linguistic study of the suspension point, a complex and versatile sign, traditionally endowed with antithetical properties and with uncountable functions. By distinguishing the semiotic level from the semantic and metasemantic level, we define the ''ponctème'' as the sign of latency, which can be discursively interpreted as 1) suppression 2) suspension 3) supplementation. The reflexive value of latency allows us to account for the various discursive constructions of the sign, in the literary, journalistic or else metalinguistic discourses. It offers the possibility of considering in the perspective of poetics a genre of discourse which transcends the opposition between literary and non-literary discourse. From its first use in the french printed theater of the XVIIth century to todays's uses in numerous kinds of discourse, this ideogram of latency (making appear a possible appearance) is a sign whose unstable, transgressive, excessive value is closely related to an oblique discourse.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.