Le Roman de l'art chez Aragon : l'essai aux frontières de la fiction

par Julie Morisson

Thèse de doctorat en Lettres modernes

Sous la direction de Henri Scepi et de Luc Vigier.

Le président du jury était Reynald Lahanque.

Le jury était composé de Henri Scepi, Luc Vigier, Daniel Bougnoux.

Les rapporteurs étaient Bernard Vouilloux, Alain Trouvé.


  • Résumé

    Ce travail de recherche vise l'exploration de la prose critique et romanesque des années soixante chez Aragon dans une optique qui prend en compte les correspondances et les déplacements en réorganisant le système générique. En mobilisant les notions d'anachronisme et de défiguration Aragon réinvestit la notion de transgénéricité en suivant une poétique de la collusion des paroles et des espaces qui transforme l'écriture en réseau organique. Le partage des genres s'opère au sein d'une dynamique de circulation de codes, de paroles et de motifs prégnants contrôlée par une langue qui tente de contenir les enjeux d'une pensée de l'art. Cette parole qui raccorde la critique d'art et le roman s'impose ainsi comme une langue de l'art à la fois invisible et fuyante. Notre travail consiste donc à en saisir les contours, les modalités, les accents et les formes afin d'examiner comment elle engendre la mutation du récit romanesque à mesure qu'elle s'introduit en son sein, édifiant un véritable roman de l'art. Les enjeux théoriques qui innervent le roman s'expriment par une pensée graphique qui puise dans la critique les moyens de son expression. Dans un mouvement inverse, la langue de l'art déclenche des modifications dans la critique qui s'impose dès lors comme un espace prépondérant de l'hybridité. Aragon tente d'exprimer une théorie de l'art tout en retenant la pensée esthétique qui laisse place à des images poétiques à forte imprégnation picturale. Le déplacement des genres s'exprime dès lors en partage des espaces artistiques. Les arts, la critique et le roman communiquent ainsi par une cinétique qui met en oeuvre une pensée théorique dans une prose lyrique et romanesque. La transversalité s'effectue donc par expansions successives qui sculptent les espaces de paroles suivant une poétique de la plasticité. Cette écriture de translations et de permutations dessine un réseau de ramifications qui nous permet d'envisager ensemble la critique et le roman comme les espaces divers d'une même parole à la fois esthétique, romanesque et poétique. L'art s'écrit désormais dans une connexion des voix et des territoires : il se raconte sous forme de roman.

  • Titre traduit

    The novel of art in Aragon : the essay in the boundary of the fiction


  • Résumé

    This work aims to explore the critical and the fictional prose from the sixties in the perspective of connections and transfers that reorganize the aragonian generic system. By mobilizing the notions of anachronism and transformation, Aragon reclaims the notion of "meeting of genres" according to a poetic conflict between words and places, which transforms the writing into an organic network. The division of genre happens in a dynamic flow of codes, words and significant patterns driven by a language that attempts to contain the stakes of an idea of art. This speech, which connects the criticism of art and novel, imposes itself to be the language of art, invisible and elusive. Our work then consists of catching its limits, its forms and its emphasis in order to study how it leads to change the fictional story to build a true novel of art. The theoretical stakes, that flood the novel, are being expressed through a graphical thought which draws inside the criticism the way to define how to express itself. At the opposite, the language of art causes modifications in the criticism which therefore imposes itself as an important space of hybridity. Aragon attempts to express a theory of art while keeping the aesthetics theory that gives poetic pictures playing through a pictorial impregnation. The transfer of genres expresses itself by a division of artistic spaces. Arts, criticisms and novels communicate through a kinetic that implements a theoretical thought in a lyric and fictional prose. The combination is being executed by successive outflows, shaping spaces of speech according to a flexible poetic. This kind of writing outlines a network of ramifications that enables to consider criticisms and novels as diverse areas of a same speech, at the same time aesthetics, fictional and poetic. From now, art is finally written into a connection of voices and territories: it relates itself as a novel.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?