Immobilisation de courte durée d'un membre et Imagerie motrice

par Aurore Meugnot

Thèse de doctorat en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives

Sous la direction de Yannick Blandin et de Lucette Toussaint.

Le président du jury était Aymeric Guillot.

Le jury était composé de Yannick Blandin, Lucette Toussaint, Florent Lebon.

Les rapporteurs étaient Aymeric Guillot, Philip L. Jackson.


  • Résumé

    Ce travail de thèse visait à étudier les effets de l'immobilisation de courte durée d'un membre sur les processus cognitifs impliqués dans la planification et le contrôle des mouvements. Précisément, nous avons examiné l'impact d'une immobilisation de courte durée du membre supérieur (main droite ou gauche) sur la représentation mentale des actions de ce membre. Pour cela, nous avons eu recours à une tâche d'imagerie motrice implicite (rotation mentale de stimuli corporels), en partant du principe qu'un ensemble de processus cognitifs similaires sont sollicités que l'action soit réellement ou simplement simulée. Nos résultats indiquent que l'inactivité physique modifie le fonctionnement des processus cognitifs permettant la réalisation et l'optimisation des actions. L'immobilisation de courte durée du membre supérieur altère la capacité des sujets à se représenter mentalement des actions. L'effet de ces perturbations (changement de stratégie d'imagerie, transfert inter-membre…) peut varier d'un individu à l'autre, ainsi qu'en fonction des contraintes de la tâche d'imagerie implicite et de la durée de l'immobilisation. Un second objectif visait à examiner le potentiel de l'imagerie motrice explicite pour réactiver le système sensorimoteur suite à la période d'immobilisation de la main. Nous montrons qu'une pratique mentale en imagerie motrice kinesthésique pendant la période d'immobilisation permet de contrecarrer les perturbations fonctionnelles induite par la restriction d'exercice.

  • Titre traduit

    Short-term limb Immobilization and Motor imagery


  • Résumé

    The present thesis focused on the effects of short-term limb immobilization on the cognitive level of action control. Especially, we examined the influence of short-term upper-limb immobilization (right or left-hand) on the mental representation of action. To this aim, an implicit motor imagery task (mental rotation of body-stimuli) was used, assuming similar processes between motor simulation and motor execution. Results showed that physical inactivity affects the cognitive processing of action. Short-term upper-limb immobilization impaired the ability to mentally represent action. The immobilization-induced effects (switch from a motor to a visual imagery strategy, inte-limb transfer…) may vary from one individual to another, and may depend on the constraints of the implicit imagery task or with the period of immobilization (24h vs. 48h). A second aim of this thesis was to examine the potential of explicit motor imagery to reactivate the sensorimotor system after the period of sensorimotor restriction. We showed that kinesthetic imagery practice during the period of immobilization can counteract the functional impairment induced by sensorimotor restriction.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.