Mosquées à Milan : la construction géographique du droit à la ville

par Marianna Pino

Thèse de doctorat en Aménagement de l'espace, Urbanisme

Sous la direction de Claire Hancock.

Le président du jury était Béatrice Collignon.

Le jury était composé de Claire Hancock, Franco Farinelli.

Les rapporteurs étaient Elena Dell'Agnese.


  • Résumé

    La thèse décrit et analyse la géographie des mosquées en Italie, un sujet d'une grande pertinence et originalité, en particulier en ce qui concerne le champ d'application des études géographiques. C'est un sujet qui a été étudiée dans d'autres pays européens, et pas seulement, alors que l'urgence en Italie est de plus en plus stricte. Une telle urgence est déterminée par les changements rapides de l'immigration qui ont touché le territoire italien. La centralité de la composante musulmane parmi les étrangers vivant en Italie est désormais une réalité, il suffit de penser à l'affirmation de l'islam comme la deuxième religion plus populaire en Italie, et il est prévu que ça se renforce au cours des prochaines générations. Sur la base de ces considérations, cette thèse retrace ce qui a été le processus de création des mosquées en Italie, à travers l'étude des cas exemplaires, et elle analyse l'impact qu'une telle présence a eu sur le territoire italien, en particulier dans les zones urbaines de Milan. Ce travail montre en effet le «processus de la manifestation visible » qu'une religion, absent du paysage italien jusqu'à il y a quelques décennies, empreinte sur le sol, d'un point de vue privilégié, au cœur de lieux de culte, les mosquées. Le cœur de ce travail reflète sur la taille de la « construction de l'espace » mis en évidence par la construction de mosquées. En fait, les conflits qui accompagnent souvent la proposition ou la création de mosquées montrent que pas tout le monde a « droit à la ville » ou à une « place » dans l'espace d'une manière égale. Et la construction de ce droit implique le partage d'un éventail d'acteurs, discours ( normatifs et de représentation mentale de l'espace ) et de dispositifs spatiaux qui mènent à la légitimité de cette présence. Les mosquées ne sont pas seulement le symbole de la présence des musulmans en Europe. Grâce à eux, on peut lire la position des musulmans dans la société italienne. La construction de mosquées devrait être la transition de l'ère d'une installation spontanée d'une minorité religieuse récemment arrivée au moment de l'institutionnalisation, de l'attribution d'un «lieu» reconnue et légitime. Par conséquent, la transition du moment de l'hospitalité, où la présence est temporaire et révocable, et l'accueil est « toléré », au «temps du droit à la ville» et de la reconnaissance. Le passage de l'islam de la sphère privé à la sphère publique. Les salles de prière dans les villes italiennes, dans ce cas précis, à Milan, qui ont toujours été des lieux précaires et résiduelles (des sous-sols, garages, etc.) celles-ci représentent les premières phases d'une installation des musulmans dans l'espace urbain. Une installation à peine visible et peu organisée et vue par les institutions et la société d'une façon presque bienveillante et curieuse, un regard exotique à la diversité, sans grandes réactions négatives. Dans cette première période, même des accords pour la construction de nouvelles mosquées ad hoc ont été effectivement atteints.La mosquée de Milan, cependant, a été fondée d'une manière presque accidentelle, et assez peu a été dit de ce sujet jusqu'à ce que son inauguration. La mosquée de Rome est, au contraire, plus le résultat de l'institutionnalisation, mais surtout des relations internationales (c'est à dire les bonnes relations entre l'Italie et le Moyen-Orient, encore plus important au cours de la crise pétrolière de 1973) plutôt que de la présence de la communauté musulmane locale. Les conflits sont plutôt déclenchés au moment de la reconnaissance et l'institutionnalisation, quand une présence que l'on croyait peut être temporaire ou accidentelle devient stable, organisée, visible et centrale. En outre, dans le même temps la minorité musulmane est dotée d'une connotation négative à la suite des événements tragiques liés au terrorisme international et les conflits qui en découlent

  • Titre traduit

    Mosques in Milan : geographical construction of the right to the city


  • Résumé

    The thesis describes and analyzes the geography of mosques in Italy, a topic of great relevance and originality, in particular as regards the scope of geographical studies. This is a topic that has been investigated in other European countries, and beyond, while its urgency in Italy is becoming more stringent. Such an urgency is determined by the rapid immigration changes that have affected the Italian territory. The centrality of the Muslim component among foreigners living in Italy is now a reality, suffice to think to the affirmation of Islam as the second most popular religion in Italy, and it is expected to grow stronger during the next generations. On the grounds of these considerations, this thesis traces what the process of establishment of mosques in Italy was, by means of the study of case studies, and it analyzes the impact that such a presence has had upon the Italian territory, particularly in the urban context of the city of Milan. This work indeed shows the process of a visible manifestation that a religion, absent until a few decades ago in the Italian landscape, imprints upon the ground, from a privileged point of view, the places of worship, that is mosques. The heart of this work reflects the size of the "construction of space" highlighted by the construction of mosques. In fact, the heated debates that often accompany the proposal or the creation of mosques show that not everyone has equal "rights to the city" or to a "place" in space. And the construction of this right implies the sharing of a range of actors, discourses (the legal and mental representation of space) and for space leading to the legitimacy of this presence. Mosques are not only the symbol of the presence of Muslims in Europe. Through them one can read the position of Muslims in Italian society. The construction of mosques should represent the transition from an era of spontaneous settlement of a religious minority recently arrived at the time of institutionalization, with the attribution instead of a recognized and legitimate "place." Hence, the transition from the time of hospitality, in which the presence is temporary and revocable, and the welcome is "tolerated," to the "time of the right to the city" and recognition. This is the transition from the private to the public sphere of Islam. From the initial fate of the prayer rooms in the Italian cities, in this specific case in Milan, which are precarious and residual places (i.e. basements, garages, etc.). These represent the first phases of the settlement of Muslims in the urban space. A barely visible settlement and poorly organized, seen by the institutions and society in an almost benevolent and curious way, an exotic gaze towards diversity, with no major negative reactions. In this early period agreements were even actually reached for the new construction of purpose-built mosques. The mosque in Milan, however, was founded in an almost accidental manner, and rather little had been said about it until its inauguration. The Mosque of Rome is, instead, more the result of institutionalization, but mostly of international relations (i.e. the good relations between Italy and the Middle East, even more important during the 1973 oil crisis) than the presence of the local Muslim community. Conflicts are instead unleashed at the time of recognition and institutionalization, when a presence that was thought might be temporary or accidental becomes stable, organized, visible and centrally located. Furthermore, at the same time the Muslim minority is endowed with a negative connotation as a result of the tragic events relating to international terrorism and the ensuing conflicts

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?