Discriminations, lieu de résidence et marché du travail

par Emilia Jones

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Yannick L'Horty.

Soutenue le 04-12-2014

à Paris Est , dans le cadre de École doctorale Organisations, marchés, institutions (Créteil ; 2010-2015) , en partenariat avec Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Equipe de Recherche sur l’Utilisation des Données Individuelles en lien avec la Théorie Economique (laboratoire) et de Equipe de Recherche sur l’Utilisation des Données Individuelles en lien avec la Théorie Economique / ERUDITE (laboratoire) .

Le président du jury était Emmanuel Duguet.

Les rapporteurs étaient Catherine Baumont, Jérôme Gautié.


  • Résumé

    Dans la plupart des sociétés développées, en France aussi, on assiste aujourd’hui à une augmentation des disparités sociales et économiques entre les territoires, à l’apparition et à la persistance de quartiers « en difficulté », concentrant les populations les plus fragiles. La « ségrégation spatiale » apparait comme une norme d’organisation urbaine et le territoire comme un enjeu de cohésion sociale. De nombreuses études issues de l’économie et de la sociologie ont cherché à expliquer les écarts de situations observés, notamment sur le marché du travail, entre ces populations. Trois mécanismes principaux expliquent l’impact du lieu d’habitation sur la réussite sur le marché du travail des individus : le spatial mismatch, l’environnement social et la discrimination en raison du lieu de résidence. Dans cette thèse de doctorat nous nous intéressons à ce dernier mécanisme à travers lequel le lieu de résidence affecte les performances sur le marché du travail des individus. Au travers de trois études couvrant trois chapitres, nous mettrons en évidence trois éléments importants dans l’analyse de la discrimination liée au lieu de résidence : le sentiment de discrimination, la discrimination salariale et la discrimination à l’embauche. Ceux-ci sont illustrés par des méthodologies différentes : une analyse de données d’enquêtes subjectives, une analyse de données d’enquêtes objectives et enfin une analyse de données expérimentales. Les résultats principaux sont les suivants. Nous avons montré qu’il y a des effets spécifiques du lieu de résidence sur le ressenti de discriminations des jeunes. Nous avons montré que le lieu de résidence a une influence directe sur la probabilité de trouver un emploi à la sortie des études ainsi que sur le salaire associé à cet emploi. A l’aide d’une décomposition des écarts salariaux nous avons montré qu’il existe une probable discrimination relative au lieu de résidence qui affecte notamment les jeunes femmes. Nous avons trouvé un effet déterminant du département de résidence sur les chances d’accès à l’embauche des individus. Le même effet existe aussi, de manière plus faible, au niveau de la réputation du quartier de résidence des candidats. Une analyse de l’ordre des réponses faites aux candidats a confirmé ces résultats et a même révélé une discrimination encore plus forte. A partir de ces résultats, nous proposons des recommandations de politiques publiques liées aux différents aspects de la discrimination liée au lieu de résidence.

  • Titre traduit

    Discrimination, place of residence and labor market


  • Résumé

    In most of the developed societies, in France too, we are now witnessing an increase of the social and economic disparities between regions, an occurrence and persistence of neighborhoods "in difficulty", concentrating the most vulnerable populations. "Spatial segregation" appears as a norm of urban organization and territory as an issue of social cohesion. Many economic and sociological studies have sought to explain the differentials observed between these populations, particularly in the labor market. Three main mechanisms explain the impact of the place of residence on the individuals' labor market achievement: the spatial mismatch, the social environment and the discrimination based on place of residence. In this doctoral dissertation we focus on this last mechanism through which the place of residence affects the individuals' labor market achievement. Across three studies covering three chapters, we highlight three important elements in the analysis of discrimination related to place of residence: the feeling of discrimination, wage discrimination and employment discrimination. These are illustrated by different methods: an analysis of subjective survey data, an analysis of objective survey data and, finally, an analysis of experimental data. The main results are as follows. We have shown that there are specific effects of place of residence on the feeling of discrimination among young people. We have shown that the place of residence has a direct influence on the probability of finding a job after the school as well as on the salary associated with the job. Using a decomposition of wage differentials we have shown that there is a potential discrimination related to the place of residence that affects especially young women. We found a major impact of the residential county on the individuals’ chances of access to hiring. The same effect also exists, more weakly, at the level of the neighborhood reputation. An analysis of the order of answers to job candidates confirmed these results and revealed an even stronger discrimination. On the basis of these results, we propose policy recommendations related to different aspects of discrimination based on place of residence.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.