La poétique de l’interstice chez Hédi Bouraoui

par Éric Jacobée-Sivry

Thèse de doctorat en Langue et Littérature Françaises

Sous la direction de Thanh-Vân Ton-That.

Soutenue le 12-12-2014

à Paris Est , dans le cadre de Ecole doctorale Cultures et Sociétés (Créteil ; 2010-2015) , en partenariat avec Lettres, Idées, Savoirs (Créteil) (laboratoire) .

Le président du jury était Sylvie Camet.

Les rapporteurs étaient Catherine Douzou.


  • Résumé

    Né en Tunisie, ayant passé son enfance en France, ayant enseigné la littérature comparée à l’Université York de Toronto, au Canada anglophone, Hédi Bouraoui s’est trouvé au carrefour de trois cultures, et cela a marqué son œuvre littéraire. Croyant dans le « transculturalisme », c’est-à-dire en un réel dialogue entre les cultures, ce poète et romancier en est venu à écrire entre les cultures, entre les genres et entre les langues. Selon lui, c’est le poétique qui dans l’œuvre littéraire permet le mieux ce type d’écriture ouverte, par laquelle l’écrivain ne se replie pas sur lui-même et sa culture d’origine, mais écrit en symbiose avec toutes les diversités qu’offre le monde. Qu’est-ce que cette poétique de l’interstice a d’original dans l’univers de la littérature francophone d’aujourd’hui ? Que lui apporte-t-elle ? En quoi se démarque-t-elle des préoccupations collectives ou individuelles des écrivains et poètes du mouvement de la négritude ? En quoi se démarque-t-elle aussi, par exemple, de la théorie du « Tout Monde » du poète Edouard Glissant ? Cette poétique de l’interstice en vient à favoriser une écriture de la connivence entre poètes dans le recueil Livr’errance, mais aussi entre l’écrivain et ses lecteurs. Ce désir de connivence dans la création comme dans la réception de l’œuvre littéraire n’est-il pas, même en partie, utopique ? Enfin, Hédi Bouraoui estime que, dans son œuvre, c’est le poétique qui permet le mieux de réaliser une écriture de l’interstice ainsi définie. C’est le poétique qui voyagerait le plus facilement dans les autres genres littéraires. Pourtant le récit vient souvent se glisser dans le poème au sein de son œuvre. Ne s’impose-t-il pas parfois à lui ? De même, le théâtral ne vient-il jamais s’immiscer dans ses récits transpoétiques, dans le conte transpoétique, dans la poésie même ? Faut-il analyser seulement l’œuvre d’Hédi Bouraoui sous l’angle d’une transpoétique, ou également sous l’angle de ce que l’on pourrait nommer une trans-narrativité et une trans-théâtralité ?

  • Titre traduit

    The poetic of the interstice in Hedi Bouraoui’s litterature


  • Résumé

    Born in Tunisia, having past its childhood to France, and having taught the comparative literature with the York University of Toronto, in Ontario, in Anglophone Canada, Hedi Bouraoui was with the crossroads of three cultures, and that mark its literary work. Believing in the “transculturalism”, in a real dialogue between the cultures, this writer came from there to write between the cultures, the literary kinds and the languages. According to him, it is the poetic one which in literary work allows best this kind of writing opened, by which the writer is not folded up on itself and its culture of origin, but written in symbiosis with all diversities which offers the world. What this does poetic of the interstice have of original in the universe of the French-speaking literature of today ? What does they brought to him ? In what she does dissociate collective or individual concerns writers and poets of the movement of the negritude ? In what also she does dissociate herself, for example, of the theory of the “whole world” of the poet Edouard Glissant ? This poetic of the interstice comes from there to support a writing in complicity between poets in Livr’errance, but also between the writer and his readers. This desire in complicity in creation as in the reception of literary work isnt’it, even partly, utopian ? Lastly, Hedi Bouraoui estimates that in its work, it is the poetic one which makes it possible best to carry out a writing of the interstice thus defined. It is the poetic one, in particular, which would travel most easily in the other literary kinds? However the account often comes to slip into the poem within its work. Isn’t it essential sometimes on him ? In the same way, the theatrical one does never come to be involved in its accounts transpoetic, in the tale transpoetic, poetry even ? Is it necessary to analyze only the work of Hedi Bouraoui under the angle of “transpoétique”, or also under the angle of what one could name “trans-narrativité and a trans-theatricalness”?


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Communautés d’Universités et d'Etablissements Université Paris-Est. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.