Un malade qui s’ignore, un médecin qui guérit. : Les représentations de la médecine dans les revues de l’Entre-deux-guerres en France

par Delphine Benoit

Thèse de doctorat en Histoire des sciences

Sous la direction de Hélène Gispert et de Nathalie Jas.

Soutenue le 01-07-2014

à Paris 11 , dans le cadre de École doctorale Savoirs scientifiques : Epistémologie, Histoire des sciences, Didactique des disciplines (Paris) , en partenariat avec Groupe d'histoire et de didactique des sciences d'Orsay (laboratoire) et de Groupe d'histoire et diffusion des sciences d'Orsay (laboratoire) .

Le président du jury était Christian Bonah.

Le jury était composé de Nathalie Jas, Christian Bonah, Andrée Bergeron, Marc Renneville, Jonathan Simon.

Les rapporteurs étaient Andrée Bergeron, Marc Renneville.


  • Résumé

    Alors que les travaux historiens existants portant sur la médecine de la France de l’Entre-deux-guerres sont essentiellement tournés vers le réel, les objets, les institutions, cette thèse a choisi d’étudier cette médecine en en caractérisant les représentations. Les représentations de ce qu’est une activité, un domaine en sont en effet constitutives. En rendre compte implique donc d’en saisir aussi les représentations. C’est ce à quoi s’est attelée cette thèse pour la médecine de l’Entre-deux-guerres qui, par là, se veut une contribution originale à l’historiographie existante. Pour retrouver et analyser ces représentations, le choix a été fait d’analyser des revues de vulgarisation qui ont la propriété d’avoir été très peu étudiées alors même que ce sont des média encore très présents dans la France de l’Entre-deux-guerres. Une analyse comparée de grande ampleur portant sur sept revues, qui ont été retenues en fonction des publics qu’elles visaient, a été construite et mise en œuvre. Deux revues de vulgarisation scientifique populaire, deux revues de haute vulgarisation scientifique, deux revues politiques et littéraires et une revue professionnelle médicale ont été analysées suivant une approche qualitative qui permette la prise en charge et la comparaison de ces revues très diverses par leurs formats, leurs contenus, leurs auteurs et les publics visés. Cette approche a notamment pour caractéristique l’adaptation aux particularités de chaque revue et de porter une attention particulière à leur matérialité (illustrations, mises en page, signatures). Au-delà d’une diversité de représentations – les représentations dégagées sont parfois portées par plusieurs revues, parfois spécifiques à l’une d’elles – se dessine l’image d’une médecine puissante, variée et inventive, dont la puissance est assurée grâce aux sciences physiques et au recours à une Nature maîtrisée voire artificialisée. L’image du patient est celle d’un patient infantilisé et de facto ignorant qui a besoin en tout instant de l’expertise ou du savoir du médecin qui peut par ses soins permettre aux corps de la Nation de retrouver leurs santés physique et mentale, et à la Nation de redevenir ainsi économiquement prospère. Au-delà de sa contribution à l’histoire de la médecine de l’Entre-deux-guerres, en dégageant des discours et des modalités d’administration de la preuve spécifiques à certaines revues ou groupes de revues, la thèse apporte aussi des éléments à l’histoire de chacune des revues et à l’histoire des revues de vulgarisation de la France de l’Entre-deux-guerres.

  • Titre traduit

    An unknowing patient, a healing doctor : representations of medicine in Interwar French periodicals


  • Résumé

    While existing historical scholarship on Interwar medicine in France has mainly questioned the reality, the objects and the institutions, this thesis chose to study it by characterizing its representations. Representations of an activity or a domain are indeed constitutive of this activity or this domain. Therefore accounting for an activity or a domain implies to also grasp its representations. This is what this thesis is seeking to do for the Interwar medicine. By so doing it aims to contribute in an original manner to the existing historiography. In order to retrieve and analyze these representations, the choice was made to analyze a series of popularization journals which present the specificity of not having been studied whilst they were still important media in the Interwar France. A wide comparative analysis of the seven journals – that were chosen according to their intended readership – has been developed and carried out. Two revues de vulgarisation scientifique populaire, two revues de haute vulgarisation scientifique, two revues politiques et littéraires and one medical professional journal have been analyzed, following a qualitative approach that allows to cater for and compare these journals that are very diverse (eg. format, contents, authors, intended readership). One of the characteristics of this approach is the adaptation to the peculiarities of each journal and to pay a special attention to their materiality (illustrations, layout, signatures). Beyond the diversity of the representations – the identified representations are sometimes shared by several journals, sometimes specific to one of them –, an image is drawn, the image of a powerful, varied, inventive medicine whose powerfulness is secured through physics and a mastered if not artificialized nature. The representations of the patient is this of an infantilized and de facto ignorant patient that all the time needs the expertise and the knowledge of the doctor that through its dedicated care can make the bodies of nation retrieve their physical and mental health, and the nation become again economically prosperous. Beyond its contribution to the history of medicine in the Interwar France, by identifying discourses and modalities of administration of proof specific to individual journals or groups of journal, the thesis also brings elements to the history of each of these journals as well as the history of popularization journals in the Interwar France.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.