Réseaux virtuels et commerces ethniques : une dynamique entre l’espace des flux et l’espace urbain

par Ines Ebilitigué (Ebilitigué)

Thèse de doctorat en Sociologie urbaine

Sous la direction de Anne Raulin.

Soutenue le 05-12-2014

à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Economie, organisations, société (Nanterre) , en partenariat avec Sophiapol EA 3932,laboratoire, (laboratoire) .


  • Résumé

    Cette recherche traite du devenir de l’espace urbain et de ses logiques traditionnelles, dans un contexte marqué par les technologies de l’information et de la communication (TIC). Ce sujet est abordé par le prisme des commerces ethniques situés dans trois localités, parisiennes et régionales. Le regard est focalisé sur ces lieux afin de comprendre les facteurs à l’origine de la présence, en leur sein, des TIC accessibles au public. Trois hypothèses sont proposées. Il s’agit d’abord d’expliquer ce phénomène par le message des scénographies commerciales, puis par le besoin qu’éprouvent les migrants de maintenir les liens avec leurs origines culturelles et leur famille, enfin par l’appartenance des commerçants à la communauté des migrants. La méthodologie privilégie les méthodes d’enquête qualitative relevant de l’anthropologie et de la microsociologie. L’analyse des données permet de valider les hypothèses. Elle offre également la possibilité de montrer que dans une société marquée par les technologies de l’information et de la communication l’espace ne disparait pas sous le coup de la domination d’un espace en réseaux. Au contraire, l’analyse permet de souligner d’une part que l’espace urbain, avec ses logiques traditionnelles, persistent tout en s’articulant à une logique en réseaux. D’autre part, elle fait émerger la production de diverses formes spatiales. La plus significative offre à la principale clientèle la possibilité quotidienne de conserver son ancrage aux lieux urbains, tout en étant mobile et virtuellement mobile, de sortir des termes de la fracture numérique. Cette clientèle s’en trouve intégrée à la société en réseaux, dépasse la situation de double présence au pays d’origine et à la famille s’y trouvant et connaît des situations de multiples présences. Enfin, la recherche a permis de montrer que les lieux urbains et particulièrement les commerces ethniques sont des espaces de socialisation des réseaux virtuels en les situant au même niveau que les offres et services marchands, et qu’ils sont des outils dont les migrants et leur famille située à l’étranger savent se saisir pour permettre une évolution de leurs situations quotidienne et projets.

  • Titre traduit

    Virtual networks and ethnic businesses : a dynamic between the space of flows and the urban space


  • Résumé

    This research deals with the future of the urban space in a context marked by the Technologies of Information and Communication (ICT). This subject is approached by the prism of the ethnic businesses situated in three localities, Parisian and regional. The outlook is focused on these places to understand why ICT are included in those spaces open to the public.Three hypotheses are suggested. First, The ICT are included in the businesses thanks to the commercial message diffused through the setting up of goods. Then, the networking of businesses can be explained by the need which the migrants have to maintain the links with their cultural origins and their family, lastly through the membership of the storekeepers in the community of the migrants.The methodology favors the methods of qualitative investigation coming from the anthropology and the micro-sociology. The empirical data allows a validation of the hypotheses. The analysis of those data underline first that, in the network society, urban places don’t disappear. Among them, the ethnic shops are areas of socialization of the virtual networks by placing them at the same level as the offers of the goods and the trade services. Then, the space produced by those businesses offers to the main clientele the possibility of preserving its anchoring in the urban places while being mobile and virtually mobile. By this last idea, this research shows that the ethnic business and ICT are articulated tools which the migrants and their family situated abroad know how to seize to allow an evolution of their daily situations and projects. This analysis gives possibility to considered migrants out terms of the digital divide, and as integrated into the networks society. This new figure of migrant has overtaken the situation of double presence in their origin country and to their family living there, to actually know situations of multiple presences in this country and to their relatives.

Accéder en ligne

Par respect de la propriété intellectuelle des ayants droit, certains éléments de cette thèse ont été retirés.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.