Les manifestations sociales de l’être-chrétien en Italie et en Afrique romaine : début du IVe siècle-fin du VIe siècle

par Ariane Bodin

Thèse de doctorat en Histoire ancienne

Sous la direction de Hervé Inglebert.

Le président du jury était Étienne Wolff.

Le jury était composé de Hervé Inglebert, Étienne Wolff, Christophe Badel, Stéphane Ratti, Christophe John Goddard.

Les rapporteurs étaient Christophe Badel, Stéphane Ratti.


  • Résumé

    Cette thèse d’histoire sociale, fondée sur « l’individualisme méthodologique », donne à l’individu et à l’action individuelle une place considérable dans la société entre le début du IVe siècle et la fin du VIe siècle, et ne s’intéresse pas en soi à la communauté des chrétiens. À partir d’un échantillon constitué de cent quatre-Vingt-Dix-Huit personnages d’Italie et d’Afrique, cette thèse se propose de mettre en lumière les manifestations de l’être-Chrétien, en étudiant le faire, le croire et le dire des chrétiens, ce que nous avons regroupé sous le nom de christianité, d’après le néologisme das Christlichkeit, fondé par le philosophe F. Nietzsche. L’analyse des sources mettant en lumière la foi de ces individus a conduit l’auteur à procéder à des classifications, retenant quatre catégories de gestes et deux modes d’expression. Les gestes primaires sont ceux qui sont typiquement chrétiens et qu’on ne retrouve pas sous cette forme, dans les autres religions. Les gestes secondaires sont des réappropriations chrétiennes de gestes qui existent déjà dans le monde romain. Les gestes à caractère social traite des réseaux sociaux du chrétien et le geste militant met en lumière les actions que le chrétien peut effectuer pour défendre sa religion. Le chrétien exprime sa foi de deux façons différentes, soit par l’expression écrite, soit à travers son corps. Deux parties, constituées au total de huit chapitres, composent cette thèse. Elles s’intitulent dans l’ordre d’apparition : « Les chrétien et le monde. Vivre en chrétien dans la société romaine » et « Les chrétien, les clercs et l’Église ».

  • Titre traduit

    The Social Manifestations of the Christian Being from the Beginning of the 4th Century until the End of the 6th Century in Italy and Africa Roma


  • Résumé

    The approach of this dissertation is based not on the Christian community but on social history, and focuses on the issues of “Methodological individualism”, of which individuals form the social dynamics between the beginning of the 4th century and the end of the 6th century. Based on a sample of 198 individuals from Italy and Roman Africa, this thesis highlights the social manifestations of the Christian-Being by studying the Christians’s ways of doing, believing and saying, grouped together in what we have called their Christianess, according to the neologism das Christlichkeit coined by F. Nietzsche. In this dissertation, the author carried out the analysis of primary sources highlighting the faith of the Christians, which helped him to draw up a classification, comprising four different actions and two forms of expression. Primary actions are those deemed to be typically Christian, since this kind of behavior cannot be found in this form in any other religions of the Roman World. Secondary actions are those which already existed in the Roman Society, and are re-Used by Christians. Social actions deal with the networks of the faithful Christians, and lastly militant actions demonstrate the ability of Christians to stand up for their beliefs. The fellow Christians express their faith into two different ways, in writing and with their body. Two main parts compose this dissertation, made up of eight chapters, entitled - in order of appearance - as follows : “The Christians and the World. Living as a Christian in the roman society”and “The Christians, the Clerics and the Church”.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.