Vom Imaginieren eines Raumes : das postkoloniale Indochina als literarisches Konstrukt

par Ninon Franziska Thiem

Thèse de doctorat en Littératures et civilisations comparées

Sous la direction de Jean-Marc Moura et de Jörg Dünne.

Soutenue le 06-10-2014

à Paris 10 en cotutelle avec l'Universität Erfurt , dans le cadre de Ecole doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre) .

  • Titre traduit

    De l'imagination d'un espace : l'Indochine post-coloniale comme construction littéraire


  • Résumé

    Voilà soixante ans que la France s'est retirée de l'Indochine. La chute de Diên Biên Phu, le 7 mai 1954, et la conférence de Genève, qui s'est achevée le 21 juillet 1954, ont mis un terme à l'engagement français en Asie du Sud-Est qui avait duré presque un siècle.Aujourd'hui, l'ancienne colonie ne joue qu'un rôle secondaire dans la perception publique. La littérature constitue une exception dans la mesure où elle reconstruit l'Indochine en prose. Ce que nous proposons dans cette thèse de doctorat est une analyse qui se concentre sur les représentations imaginaires du territoire de l'Indochine. Nous tenteronsde démontrer que c'est autour d'une logique spatiale que se constitue la littérature postcoloniale.En comparaison avec la littérature, les autobiographies historiques, les photographies et les films prétendent de rendre compte de la situation en Indochine en présentant juste un détail qui recouvre la complexité d'une vue d'ensemble. Uniquement la littérature postcoloniale révèle une approche critique et de son histoire et de son discours ainsi que de ses limites. Le récit sur l'Indochine révèle ses modes d'imagination. De cette façon, il correspond plusà la « vérité » de la colonie que d'autres modes de représentation historique. La linéarité de l'historiographie se termine dans la construction littéraire pour faire place à une Indochine qui est de nouveau un sujet de discours pour les contemporains.

  • Titre traduit

    Of imagining a space : the post-colonial Indochina as a literary construct


  • Résumé

    The issue of this project will be the post-colonial imagining of Indochina in mainly French literature. Starting with the historical and geographical roots, it is shown that the imagining of a territory called Indochina began in the 19th century and still has an impact on the narration of the territory. The creation of a colony with this name began in 1862 and ended with the battle of Dien Bien Phu in 1954. Until today, this aspect of the French past is a taboo.The publication of Marguerite Duras' novel „L'amant“ in 1984 gave a new impetus to this subject. Others followed. The objective of this project is to follow these traces left mainly in texts but also in maps, films, and pictures included in the novels. The digressions between the media leads to a comparison which shows that all media apart from the literature tend to limit their view on Indochina and to cover up the darker parts. The novels develop a critical view on historical science and question its task to maintain history by remaining neutral. It is shown that by telling the story of Indochina without skipping the resulting disastrous impact on the whole society literature has an important task. Creating a story by imagining and by intensifying the narration, literature as a commentary in the sense of Michel Foucault helps to remember why war is still part of every man's and woman's life and why it should stop.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.