Une ville africaine en Ile-de-France ? : les Soninké entre Montreuil et le Val-Fourré

par Hamidou N’Diaye

Thèse de doctorat en Aménagement de l'espace, Urbanisme

Sous la direction de Philippe Haeringer.

Soutenue en 2014

à Paris 10 .


  • Résumé

    A l’origine de cette thèse figure notre interrogation, en tant qu’originaire de l’Afrique de l’Ouest, sur la nature de l’implantation africaine en France et singulièrement dans l’agglomération francilienne. En dépit de l’opposition de la République française à une évolution communautariste, nous étions frappés par l’organisation des communautés asiatiques, concentrées sur quelques quartiers stratégiques qu’elles s’approprient. Nous savions aussi que l’immigration maghrébine et, plus largement, la population d’origine musulmane imposait son empreinte, d’une façon plus diffuse, sur de nombreuses communes de banlieue ainsi que dans le nord de Paris. La présence subsaharienne, qui emboîta d’abord le pas à celle du Maghreb, tend à s’en détacher, marquant elle aussi de vastes territoires. Au-delà d’évidentes différences, nous souhaitions explorer la consistance de la ‘citadinité’ africaine à travers le cas des Soninké venus des rives du fleuve Sénégal. Nous les avons observés sur deux terrains particulièrement significatifs de leur parcours en Ile-de-France : les foyers de Montreuil et la cité du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie. Bien que l’objectif de cette thèse ait consisté essentiellement à comprendre comment les Soninké d’Ile-de-France s’accommodaient de toutes les contradictions de leur projet migratoire, nous avons été conduits naturellement à renverser peu à peu la perspective pour nous intéresser aussi à la perception que la population française pouvait en avoir.

  • Titre traduit

    An African town in greater Paris? : the Soninké people between Montreuil and Val-Fourré


  • Résumé

    This thesis, whose author is a native of West Africa, was originally inspired by the desire to investigate the nature of African settlement in France in general and more particularly in the area of the Ile-de-France (Greater Paris). The organization of Asian communities, concentrated in a few strategic neighborhoods they have made their own, has been strikingly successful in spite of the French Republic’s opposition to any kind of communitarianism. It was also recognized that immigration from the Maghreb (North Africa) and more broadly the population of Muslim origin had left its mark – albeit in a more diffuse manner – on numerous suburbs as well as in the north of Paris. The Sub-Saharan presence, which at first followed in the footsteps of that of North Africa, has tended to distinguish itself from the latter, making its own mark on other large territories. Beyond these obvious differences, our wish was to explore the nature of African citadinity in France, taking as example the case of the Soninké influx originating along the banks of the Senegal river. We met and talked with them in two environments of particular significance in their itinerary in the Ile-de-France: the hostels of Montreuil and the Val-Fourré housing estate in Mantes-la-Jolie. Although the essential aim of this thesis was to understand how the Soninkés were managing to cope with all the contradictions inherent in their migratory plans, we quite naturally also became interested in the reverse perspective of how the French population might see them.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (435 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.428-435.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T14 PA10-017

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2014PA100017
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.