Le peuple français de Tunisie sous le protectorat : histoire socio-culturelle et politique

par Martine Coryn-Salhi

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Daniel Lefeuvre.


  • Résumé

    En 1956, au moment de l'indépendance de la Tunisie, 180 000 Français, soit 5% de la population totale vit dans ce pays. Ces Français sont la résultante d'une immigration arrivée de la rive nord de la méditerranée depuis le milieu de XIX e siècle. Ils sont également le résultat d'une politique de naturalisation d'Européens et de Juifs tunisiens; en 1956, les deux tiers d'entre eux sont nés en Tunisie. En 1881, la domination de la France sur la Tunisie signifie une domination politique, économique et une acculturation des minorités européennes et d'une élite tunisienne. Néanmoins, les Français ne constituent pas une communauté homogène; le manque de cohésion s'explique par les différentes sociales et les références culturelles. Les relations avec les Tunisiens ne sont pas absentes; elles sont souvent cordiales. Les Français de Tunisie, peu conscients du sentiment national des Tunisiens, s'opposent à toutes réformes qui mettraient en question leur place en Tunisie. En 1952, ils soutiennent la politique de fermeté initiée par le résident Jean de Hautecloque. Mais, celle c-i en fédérant l’opposition à la domination de la France, ouvre la voie à la négociation. Si les Français de Tunisie acceptent l'autonomie proposée par Mendès France, c'est dans l'idée qu'elle permettrait une transition s'étendant sur une dizaine d'années. Or, la guerre d'Algérie accélère la libération de la Tunisie. Le processus de ré-immigration des Français de Tunisie ver la France est massif et rapide (1956-1964). Le rythme des départs est scandé par des événements politiques (tunification de l’administration, réglementation des droits des étrangers au travail et la propriété). Il s'explique également par une situation économique fragile. Le choix de la France comme pays d'accueil, s'impose aux Français de Tunisie, non seulement à cause d'affinités culturelles, mais surtout par les opportunités offertes.


  • Résumé

    In 1956, at the time of Tunisia’s independence, 180 000 people having the French nationality live in this country; which represents 5% of its global population. Some of them are the descendants of immigrants who have kept coming from the northern shores of the Mediterranean Sea since the middle of the nineteenth century; others became French in the frame of a naturalization policy towards Europeans and Tunisian Jews. In 1956, two-thirds of them were born in Tunisia. In 1881, the supremacy of France upon Tunisia implies at the same time a political and economical domination, and an acculturation of both the European minorities and the Tunisian elite. Nevertheless, the French community is not homogeneous; its lack of cohesion is the result of its social differences and of the variety of its cultural references. Relations with the Tunisians are not scarce; they are often friendly. The French living in Tunisia, hardly aware of Tunisian’s national spirit, are opposed to any change which could jeopardize their presence in the country. In 1952, they support the firmness policy initiated by resident Jean de Hautecloque. But the result of this policy is to federate the oppositions to the French domination which finally opens the way to negotiation. If the French leaving in Tunisia accept the self-government proposed by Mendès France, it is with the idea that this solution will allow a smooth transition spreading over around ten years. But the war of Algeria speeds up Tunisia’s liberation. The process of emigration of the French of Tunisia towards France is massive and fast (1956 – 1964). The rhythm of the departures is scanned by political events “tunisification” of the administration, new laws for the foreigners and for the property rights). It can also be explained by the fragile economical situation. The choice of France as the host country is evident for most of them, because of cultural affinities of course, but principally in consideration of the opportunities she offers.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (645 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 529-569

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 3875/1,2
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.