Généalogie de la sexologie française 1910-2010 : problématisations de la sexualité à l'époque de la féminisation de la médecine

par Gonzague de Larocque-Latour

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Alain Giami.


  • Résumé

    L’identité de la sexologie française est indissociable du « mouvement des femmes » qui a débuté à la fin du XIXème siècle. La sexologie est un outil heuristique fécond pour analyser la féminisation et la masculinisation des professions de santé. D’une manière plus générale, la thèse montre l’apport d’une psychologie sociale perspectiviste en sociologie des professions. Une enquête historique a été menée à partir de l’apparition en France du terme sexologie en 1911. Dans la nouvelle morale de la sexualité de l’après-guerre une première branche gynécologique a vu le jour et a constitué une filière professionnelle féminine. Puis, dans les années 1970, une seconde branche pluridisciplinaire concurrente a été créée et correspond à un mouvement de masculinisation de la sexologie. Une enquête quantitative a ensuite été menée à partir d’annuaires d’associations et de listes d’inscrits à des congrès de sexologie entre 2008 et 2010. Elle a montré qu’au niveau des représentations politiques dans la sphère publique les femmes sont confrontées à un plafond de verre. Enfin, une enquête qualitative a été réalisée sur les problématisations de la sexualité chez 22 gynécologues recrutés dans ces mêmes congrès. Cette enquête montre, quant à elle, qu’au niveau de la sphère intime de la consultation, ce sont les hommes qui sont confrontés à un plafond de verre.


  • Résumé

    The identity of French sexology is inseparable from the “women’s movement”, dating back to the end of the 19th century. Sexology is a good heuristic tool to analyse proses of feminisation and masculinisation in the field of health professions. More generally, this thesis points out the contribution of a perspectivist social psychology to the sociology of professions. A historical survey was conducted as from the appearance of the term “sexology” in France in 1911. In the framework of the new post-war ethic of sexuality, a first gynaecological branch came into being, which constituted a female professional career. Then, in the 1970’s, a second, competitor, multidisciplinary branch was created that corresponded to a pros of masculinisation of sexology. A quantitative investigation was then conducted using the directories of associations of sexology and lists of people who signed up for sexology conventions between 2008 and 2010. This survey showed that at the level of political representation, in the public sphere, women faced a “glass ceiling”. Finally, a qualitative survey was conducted about the “problematization of sexuality” by 22 gynaecologists recruited at the same conventions. This enquiry showed that at the level of the intimate sphere of consultation, it was men who were confronted with a “glass ceiling”.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (431 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 406-431

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 3785
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.