Les paradoxes du politique en architecture : Francis Soler, entre éthique et esthétique

par Julie Morel

Thèse de doctorat en Architecture

Sous la direction de Chris Younès.


  • Résumé

    Comment ne pas envisager de concert l’architecture et le politique dès lors que l’actualité rend compte d’un basculement des références culturelles, environnementales et socio-économiques qui interroge plus que jamais le bien commun et le rôle de tout à chacun dans sa participation au monde ? A la lumière de ce constat, cette thèse propose d’identifier les liens qui unissent architecture et politique au travers de l’analyse et la compréhension de la pensée de Francis Soler, architecte. Le postulat général de cette recherche est que les liens qui unissent architecture et politique relèveraient d’une situation de paradoxe, convoquant l’éthique tout autant que l’esthétique, et redéfinissant la pratique même de l’architecte. Confronté à un basculement de son milieu, l’architecte contemporain serait alors celui qui se muerait en force de proposition politique. Deux axes de recherche sont déployés. Le premier interroge la politique comme milieu et permet d’évaluer le paradoxe du pouvoir. Il s’agit là de mettre en débat la réalité du milieu politique de l’architecture, c’est-à-dire d’identifier le jeu des acteurs qui se met en place dans la production, ou la co-production de l’architecture en France. Le second axe interroge l’existence d’une architecture du politique, soit les modalités de transcription esthétiques de l’éthique de l’architecte. A la suite d’un croisement opéré avec la pensée d’Hannah Arendt, le travail de Francis Soler se comprend dans son procédé de commencement et de recommencement autorisant la création de mondes toujours nouveaux. Ce processus interroge les modalités politiques de fabrication du projet d’architecture, évaluant le paradoxe de la démocratie.

  • Titre traduit

    The political paradoxes in architecture : Francis Soler, between ethics and aesthetics


  • Résumé

    How to not think about architecture in cooperation with politic as soon as the current events show how cultural, environmental and socioeconomic reference shifts and engages more than ever the questioning of the common good and the role of everything in each in its participation of the world? By the light of this report, this thesis suggests to identify through the analysis and understanding of the architect Francis Soler the links which unite architecture and politics. The general postulate of this research picks out the paradoxical situation of the links which unites architecture and politic. They convene the ethic as the aesthetic redefining the architect’s practice. Confronted to its environment fall over, the contemporary architect would then have no other choice than strongly changing to its political proposition. Two different research lines are expended. The first one wonders politic as an environment and allows us to evaluate those in power paradox. It relates to creating a debate around the political environment of the architecture, meaning that to identify the game of the actors which sets up the production, or co-production of the architecture in France. The second line wonders the existence of the architecture of politic that is to say the aesthetic modality transcription of the architect’s ethics. Operating a crossing with Hannah Arendt’s thought, Francis Soler’s work is readable through his never ending and repeating process research engaging the creation of always new world. This process questions the politic manufacture modalities of the architectural project, estimating the paradox of democracy.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (409, 156 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f.397-410

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 3758/1,2
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.