Syllabation en anglais et en français : considérations formelles et expérimentales

par Elise Ryst

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Jean-Yves Dommergues.

Le jury était composé de Roussi Nikolov, Rebekah Marie Rast, Sophie Wauquier-Gravelines.

Les rapporteurs étaient Jean-Louis Duchet, John Osborne.


  • Résumé

    Cette thèse se propose d’étudier d’un point de vue formel et expérimental les fondements perceptifs de la syllabation en anglais et en français. Elle passe en revue différentes définitions de la syllabe et de l’ambisyllabicité et examine l’hypothétique universalité de leurs rôles, chez des natifs monolingues ou des bilingues. L’originalité de ce travail réside dans la prise en compte des préférences des locuteurs-auditeurs francophones et anglophones lors d’une tâche de syllabation. Pour le cas spécifique des segmentations de mots de deux syllabes CVCV, les anglophones prennent parfois en compte la qualité des voyelles et la place de l'accent lexical : un mot de deux syllabes CVCV sera segmenté CV. CV dans la plupart des cas en anglais (a priori toujours en français), mais différemment si l’ambisyllabicité s’y prête (si la première V de CVCV est accentuée et brève alors CVC. V ou CVC. CV) ou que la morphologie intervient (si les V de CVCV sont toutes deux accentuées). Le présent travail est donc la contrepartie perceptive de travaux précédents (Ryst, 2008) et révèle l’influence du degré d’exposition à la L2 des locuteurs-auditeurs sur leurs préférences de syllabation. Les règles de syllabation proposées pour les énoncés anglais peuvent trouver des applications technologiques (segmentation automatique de mots isolés en anglais, par exemple dans les dictionnaires). Des pistes de réflexion pour des applications didactiques et différentes perspectives de recherche sont aussi évoquées.

  • Titre traduit

    Syllabification in english and in french : formal and experimental aspects


  • Résumé

    This thesis, which implies both formal and experimental aspects, investigates the perceptual basis of syllabification in French and in English. Dealing with ambisyllabicity, it reviews various definitions of the syllable as well as the hypothetical universality of its role in monolingual and bilingual speakers. The originality of the work relies on the consideration of the preferences of French and English speakers-listeners in a syllabification task. For the specific case of CVCV two-syllable words, speakers of English sometimes take into account vowel quality and the place of lexical stress: a two-syllable CVCV word will usually be segmented CV. CV in English (and it is supposed to be always the case in French). But if the linguistic context favors ambisyllabicity (when the first V of CVCV is a stressed short vowel and the other vowel is unstressed) or if morphology occurs (if both vowels are stressed in CVCV), English speakers might favor other segmentation options such as CVC. V or CVC. CV. The present research is the perceptive counterpart of a preceding work (Ryst, 2008) and shows the influence of the degree of L2 exposure on the speakers’ syllabification preferences. The algorithm for the syllabification of English utterances can find technological applications (automatic segmentation of isolated words in dictionaries). Educational applications and other research perspectives are also discussed.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (240 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 189-199

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 3693
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.