Le journal, outil d’analyse institutionnelle dans le travail social, entre intervention et militantisme

par Anne-Claire Cormery

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Rémi Hess.


  • Résumé

    Depuis les années 1970, dans le contexte d’intervention, le diarisme s’est exprimé à travers les journaux institutionnels, les journaux d’introspection et les journaux constitutifs des communautés de conscientisation de la crise du social. Lorsqu’il touche aux pratiques professionnelles quotidiennes, le journal est aussi sociologique, car il correspond à un recueil de données permettant l’élaboration d’études de cas. A travers ses variantes, cet outil de l’instituant ordinaire constitue un support à la réflexivité et à la quête de sens des professionnels dans le travail social. Le journal d’intervention permet la description, l’analyse et la compréhension du réel. Il s’inscrit dans une perspective clinique de l’institution. Et aujourd’hui, on peut se demander si le journal n’est pas la dernière institution du sujet, car c’est lui qui donne de la consistance sociale. Il est devenu un outil précieux pour celui qui s’inscrit dans une démarche d’éducation tout au long de la vie de la personne, mais aussi de l’institution. Dans cette perspective de formation, la circulation du journal est médiation. Lorsque le journal est socialisé dans une institution du champ social, les analyseurs et les implications se dévoilent au collectif. L’analyse institutionnelle s’appuie sur le mouvement des groupes pour proposer une alternative à la bureaucratie. C’est un courant de pensées qui se nourrit des différents champs disciplinaires des sciences humaines. Ce travail interroge dans ce contexte de pluralité de pensées, les possibles du travail social ouverts par les dispositifs mettant en scène la socialisation du journal.

  • Titre traduit

    The journal, an institutional aid in analysis in social work, between intervention and opposition


  • Résumé

    Since the 1970s, as forms of intervention, journal writing has taken its place in institutional journals, journals of introspective reflection and journals written in self-awareness groups in the context of social crisis. If it deals with everyday professional practices, journal writing is also a sociological phenomenon: It represents a collection of data allowing for the construction of case-studies. In all its variants, it is an aid to the ordinary agent in any institution, supporting self-reflection and reflection on goals and motivations in social-work professionals. The journal of intervention allows for the description, analysis and understanding of reality. It participates in the clinical perspective of the institution. Today, we may ask us the question whether the journal is the last remaining institution of the subject since it is the point of creation of social stability. It has become a precious tool to those who submit their entire lives to processes of education. The same applies to institutions. From the point of view of growth and learning, appreciation of the journal is mediation. When the journal is socialized in an institution of the social field, analyzers and implications become visible to the collective. The analysis of institutions is linked to groups as an alternative to bureaucratic approaches. It is a school of thought thriving on a number of disciplinary fields within the humanities. In the context of multiple schools of thought, the thesis examines the possibilities which structures exhibiting the socialization of journals offer to social work.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (301 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 217-226

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 3692
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.