Esthétique et économie, art photographique et marché depuis 1980

par Safia Belmenouar

Thèse de doctorat en Esthétique, science et technologie des arts

Sous la direction de François Soulages.

Soutenue le 19-11-2014

à Paris 8 , dans le cadre de École doctorale Esthétique, sciences et technologie des arts (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis) , en partenariat avec Arts des images et art contemporain (équipe de recherche) .

Le président du jury était Alain Mons.

Le jury était composé de Alberto Olivieri, Suzete Venturelli, Rodrigo Zuñiga.


  • Résumé

    L’analyse de la valeur esthétique et économique d’un tirage photographique prend les années 1980 pour point de départ de la recherche. Il s’agit de mettre en évidence les mécanismes tant historiques qu’économiques, esthétiques et théoriques qui ont permis la structuration d’un marché de l’art photographique devenu lieu d’homologation et de légitimation. La photographie acquiert un nouveau statut : celui d’objet d’art. En quoi la photographie peut-elle être qualifiée d’œuvre d’art lorsqu’elle s’inscrit dans un marché nouvellement structuré et en mutation ? Penser « la valeur », sa définition et sa détermination dans le cas de l’œuvre photographique est au cœur de la recherche. La valeur est ainsi envisagée sous deux aspects qui s’articulent entre eux, dans une relation d’interdépendance : valeur esthétique et valeur économique ; d’où la problématique directrice : comment se fonde la formation de la valeur esthétique et économique des œuvres photographiques qui trouvent place sur le marché de l’art ? L’enjeu est alors d’éclairer une réalité artistique faite de multiples « stratégies croisées », réelles et symboliques, qui contribuent à la constitution d’une esthétique de l’art photographique en lien avec le marché de l’art. Et ainsi, à la révision permanente d’une échelle des valeurs sujette, à la fois, à l’incertitude des valeurs esthétiques et à la contrainte des intérêts marchands.

  • Titre traduit

    Aesthetics and economics, photographic art and market since 1980


  • Résumé

    The evolution of the aesthetic and economic value of a photographic print has been set up by a temporality, which takes 1980s as a starting point for the research. Our aim is to emphasize historical aspects as well as economical, aesthetic and theoretical ones, which have made structuring of a photography art market possible which has become a place of approval and legitimization. Photography has acquired a new status and is considered as a work of art. To what extent the medium can be qualified as an artwork and what are its new modes of existence in a newly structured and mutating market?Thinking “the value”, its definition and its determination in the case of the photographic work has been at the heart of the research. The value has been considered under two aspects linked together in a mutually dependent relationship: aesthetic and economic value. Hence the issue: what are the basis for setting up the aesthetic and economic value of photographic works on the art market?The issue is then to enlighten an artistic reality made of multiple “crossed strategies”, real as well as symbolical, which contribute to the constitution of an aesthetic of photographic art in connection with the art market. And thus, to an ongoing adjustment of a scale of values driven by both uncertainty of aesthetic values and the obligations of the market stake.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.