Haut contraste pour l'imagerie directe d'exoplanètes et de disques : de la self-coherent camera à l'analyse de données NICI

par Johan Mazoyer

Thèse de doctorat en Astronomie et astrophysique

Sous la direction de Gérard Rousset et de Pierre Baudoz.

Soutenue en 2014

à Paris 7 .


  • Résumé

    Sur les 1800 exoplanètes détectées à ce jour, seulement une cinquantaine l'ont été par imagerie directe. Cependant, en permettant l'observation de disques circumstellaires et de planètes (parfois simultanément autour d'une même étoile, comme dans le cas de beta-pictoris), cette méthode est un outil fondamental pour la compréhension des différentes étapes de la formation des systèmes planétaires. En outre, l'accès direct à la lumière des objets détectés permet leur spectroscopie, ouvrant la voie pour la première fois à l'analyse chimique et thermique de leur atmosphère et surface. Cependant, l'imagerie directe demande la résolution de défis spécifiques : il s'agit d'accéder à des objets dont le contraste peut atteindre dollar 0⁻⁸ à 10⁻¹¹ avec leur étoile hôte, et séparés seulement d'une fraction d'arc seconde. Pour obtenir ces valeurs, plusieurs techniques doivent être mises en oeuvre. Un coronographe, utilisé avec des techniques de correction active des aberrations optiques et un miroir déformable pour augmenter ses performances, produit des images haut-contrastes, qui peuvent être traitées ultérieurement grâce à des méthodes d'imagerie différentielle. Mon travail de thèse se situe à l'intersection de ces techniques. Dans un premier temps, j'ai analysé, en simulation et expérimentalement sur le banc THD --Très Haute Dynamique-- de l'Observatoire de Paris, les performances de la self-coherent camera, une technique d'analyse en plan focal des aberrations optiques. Cette analyse m'a permis d'atteindre des zones de haut contrastes (appelé dark holes avec des performances meilleures que 3. 10⁻⁸ entre 5 et 12 lambda/D, en lumière monochromatique. J'ai étendu cette étude pour des bandes spectrales étroites. Dans une seconde partie de ma thèse, j'ai pu analyser des images haut-contrastes issues d'un instrument coronographique, NICI. Le traitement de ces données en utilisant des techniques récentes d'imagerie différentielle m'a permis d'obtenir des images inédites du disque de débris orbitant l'étoile HD 15115.


  • Résumé

    Of the 1800 exoplanets detected to date, only 50 were by direct imaging. However, by allowing the observation of circumstellar disks and planets (sometimes simultaneously around the same star, as in the case of dollar\beta dollar-pictoris), this method is a fundamental tool for the understanding of planetary formation. In addition, direct access to the light of the detected objects allows spectroscopy, paving the way for the first time to the chemical and thermal analysis of their atmosphere and surface. However, direct imaging raises specific challenges: accessing abjects fainter than their star (with a ration up to 10⁻⁸ to 10⁻¹¹), and separated only by a fraction of arc-second. To obtain these values, several techniques must be implemented. A coronagraph, used in complement with a deformable mirror and active optical aberration correction methods, produces high-contrast images, which can be further processed by differential imaging techniques. My PhD thesis work took place at the intersection of these techniques. At first, I analyzed, in simulation and experimentally on the THD (french acronym for very high contrast) bench of the Paris Observatory, the performance of the self-coherent camera, a wave-front sensing technique used to correct the optical aberrations in the focal plane. I managed to obtained high-contrast zones (called dark holes) with performance up to 3. 10⁻⁸ between 5 and 12 lambda/D, in monochromatic light. I also started an analysis of the performance in narrow spectral bands. In the second part of my thesis, I applied the latest differential imaging techniques to high contrast images from another coronagraphic instrument, NICI. The processing of these data revealed unprecedented views of the debris disk orbiting the star HD 15115.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (218 p.)
  • Annexes : 220 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TS (2014) 194
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.